Une « Mise au vert » fort drôle et presque autobiographique
TV 
  • Pour resserrer les liens familiaux, un père emmène les siens dans sa maison isolée du Vercors.
  • Le choc entre les citadins et les locaux est montré avec beaucoup d’humour dans « Mise au vert ».
  • Cette comédie tournée avec un budget minime révèle d’excellents interprètes.

Mise au vert fait penser à As Bestas de Rodrigo Sorogoyen mais en largement plus drôle. Yohann Charrin confronte lui aussi campagnards et citadins, mais son premier film sur une famille qui débarque dans une maison isolée au cœur du Vercors pour y passer des vacances qui vont se révéler mouvementées, est nettement plus réjouissant.

« Le récit n’est pas tout à fait autobiographique, explique le réalisateur à 20 Minutes. Bien que je sois originaire de cette région et que ma fille Juliette joue dans le film, il y a une large part de fiction. Je ne me reconnais pas tout à fait dans le personnage du père qui est nettement plus caractériel que moi ! » Ce papa tentant d’imposer son autorité dans le décor de son enfance est coincé entre des squatteurs encombrants et de vieux paysans pas vraiment accueillants.

Du Système D et de la complicité

« J’ai brodé sur des comportements que j’ai pu observer, précise Yoahnn Charrin. Je me suis notamment amusé avec les nouveaux venus qui expliquent aux locaux comment cultiver la terre. » Le choc entre les différents protagonistes est exploité intelligemment par le cinéaste qui tire le meilleur parti d’un budget minime, de décors naturels sublimes et d’un temps de tournage réduit autour de personnages campés par d’excellents acteurs peu connus. Les parents Frederick Guillaudet et Alexandra Holzhammer comme les jeunes Gabin Jouillerot et Juliette Charrin sont très convaincants.

« Le film a été tourné avec les moyens du bord dans une grande atmosphère de complicité, insiste le réalisateur. Je trouvais intéressant de mettre en avant de nouveaux interprètes que j’espère faire découvrir au public. » On reconnaît aussi l’humoriste Didier Bénureau (Scènes de ménages) et Jean-François Balmer venus faire des apparitions amicales. Il y a une énergie incroyable dans cette comédie familiale dont le naturel évoque Les Randonneurs de Philippe Harel qui aida à lancer la carrière de Karin Viard à la fin des années 1990.

On souhaite la même destinée à la sympathique équipe de Mise au vert, une surprise pleine de fraîcheur. Le réalisateur Yohann Charrin planche déjà sur un thriller pour lequel il espère disposer d’une production plus confortable.

Source: Lire L’Article Complet