Wonder Woman : le studio a forcé la réalisatrice à changer la fin
TV 

La réalisatrice Patty Jenkins a confié que le studio Warner l’avait obligée à changer la fin de “Wonder Woman” au dernier moment, pour y ajouter un affrontement épique.

Wonder Woman aurait pu se terminer autrement ! Au micro d’IGN, la réalisatrice Patty Jenkins a confié que la fin du film de super-héros porté par Gal Gadot avait dû être changée au dernier moment.

En effet, si le film était une histoire à petite échelle pendant ses deux premiers tiers, certains spectateurs s’étaient étonnés de la bataille finale, très épique, qui semblait détonner avec le reste du film. Une impression qui est justifiée, selon Jenkins :

La fin originale du film était elle aussi de moindre ampleur, mais le studio m’a demandé de la changer à la dernière minute. Cela a toujours été ma petite déception que cela soit la seule chose que les gens reprochent parce que je suis d’accord avec eux. Et j’ai dit au studio que nous n’avions pas le temps de la tourner, mais j’ai dû céder. J’ai fini par l’aimer mais ce n’était pas la fin originale du film.

Rappelons que la fin de Wonder Woman voyait la princesse amazone combattre le dieu Arès avec une débauche d’effets spéciaux et de performance capture. Jenkins n’a pas voulu révéler les détails de la fin initialement prévue ni si cette fin moins épique avait finalement été tournée.

En 2016, Warner avait pour habitude d’interférer dans ses films de super-héros, notamment Suicide Squad de David Ayer (pour y injecter plus d’humour et de couleurs), Justice League de Zack Snyder (majoritairement retourné par Joss Whedon) et donc, la fin de Wonder Woman. Il semble que le studio, qui possède les droits cinématographiques de la licence DC Comics laisse désormais davantage le champ libre à ses auteurs. En témoignent le financement d’une “Snyder Cut” pour Justice League et la liberté dont semblent désormais jouir Patty Jenkins, James Gunn et Matt Reeves, respectivement pour Wonder Woman 1984, The Suicide Squad et The Batman.

  • I Love You Coiffure Bande-annonce VF

    Allocine

  • Top 5 N°755 – Les péplums bibliques

    Allocine

  • Femmes d'Argentine (Que Sea Ley) Bande-annonce VO

    Allocine

  • Faux Raccord N°140 – Les gaffes de GoldenEye

    Allocine

  • Top 5 N°531 – Les chats animés

    Allocine

  • Give Me Five – Jumanji

    Allocine

  • Jumanji Bande-annonce VF

    Allocine

  • Ben-Hur Bande-annonce VO

    Allocine

  • Le Masque de Zorro Bande-annonce VO

    Allocine

  • Les Enfants de Timpelbach Bande-annonce VF

    Allocine

  • Le casse BONUS "Les cascades"

    Allocine

  • The Holiday Bande-annonce VF

    Allocine

  • Faux Raccord N°166 – Les gaffes et erreurs de Goldfinger

    Allocine

  • Faux Raccord N°55 – "The Mask" / "Bruce tout-puissant"

    Allocine

  • Belle et Sébastien : l'aventure continue Bande-annonce (2) VF

    Allocine


  • I Love You Coiffure Bande-annonce VF
    Liliane, patronne d’un modeste salon de coiffure en province pour lequel elle a consacré sa vie, et Maud, qui a fondé une famille à Paris où elle vit la grande vie auprès de son mari et ses deux enfants, sont deux sœurs jumelles que tout oppose et qui se disputent la garde de leur mère. Au fil d’une journée pas comme les autres, nous découvrons leur entourage et leur quotidien hauts en couleur mêlant joies, névroses, souvenirs, engueulades, potins et autres petites contrariétés…


    Allocine


  • Top 5 N°755 – Les péplums bibliques
    "On va devoir traverser la mer Rouge et on n’a pas de bateau… Aucun problème !"


    Allocine


  • Femmes d'Argentine (Que Sea Ley) Bande-annonce VO
    En Argentine, où l'IVG est interdite, une femme meurt chaque semaine des suites d’un avortement clandestin. Pendant huit semaines, le projet a été âprement discuté au Sénat, mais aussi dans la rue, où des dizaines de milliers de militants ont manifesté pour défendre ce droit fondamental. Les féministes argentines et leur extraordinaire mobilisation ont fait naître l’espoir d’une loi qui légalise l’avortement.


    Allocine

VIDÉO SUIVANTE
Source: Lire L’Article Complet