Sur la piste du Marsupilami (TMC) Alain Chabat : "J’aime inventer des histoires pour Jamel Debbouze"
TV 

ARCHIVE. Dans cette comédie d’aventure à l’esprit cartoon, Alain Chabat, réalisateur, incarne Dan Geraldo, un reporter de pacotille, au côté de Jamel Debbouze, alias Pablito, son guide à deux sous. Leur objectif : révéler au monde entier que le Marsupilami existe vraiment… Nous avions rencontré le réalisateur en 2012 lors de la sortie du film en salles.

Vous avez consacré trois ans à ce film. D’où vous vient cette passion pour le Marsupilami ?

Alain Chabat : Avant tout, il me fait rire. Je le trouve indépendant, indomptable et très attachant. C’est une petite créature magique qui me renvoie à mon enfance. Quant au projet de film, il remonte à plus de dix ans.

Pourquoi le Marsu n’est-il pas le héros de l’histoire ?

J’ai écrit plusieurs scénarios, dont un où il avait la vedette. Puis j’ai lu une interview de Franquin (mort en 1997, ndlr). Il disait qu’il était difficile de construire une histoire avec le Marsu en personnage principal, mais que cette créature était formidable en réaction aux autres protagonistes. Je me suis inspiré de ses propos.

À lire également

Cyril Hanouna réconcilié avec Alain Chabat : il attend toujours son invitation au Burger Quiz !

Comme pour Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, vous avez engagé Jamel Debbouze…

C’est mon ami. Sur Astérix, nous avons été frustrés de ne pas avoir de scène en commun. Nous avions envie de jouer un tandem depuis longtemps. J’aime inventer des histoires pour lui.

Jamel dit qu’il aime bien être dans votre tête. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

C’est une marque de confiance. Sur le tournage, quand je lui parlais de Franquin, Jamel semblait parfois dubitatif, mais fonçait. Après avoir vu le film avec son fils Léon (3 ans, ndlr), il m’a dit qu’il comprenait mieux mes demandes.

Sur vos tournages, l’improvisation a-t-elle sa place ?

Une fois la scène en boîte, j’en tourne une autre 100 % « free style ». Parfois, il n’en sort rien, mais d’autres fois on trouve une innovation sympa. On en garde environ 15 % dans le film. De petites perles précieuses.

À lire également

VIDEO – Festival de Cannes : 25 ans après, Alain Chabat et Gérard Darmon re-dansent la Carioca

Entre nous, le Marsupilami existe-t-il vraiment ?

Comme dit Jamel, c’est une bestiole « qui n’existe pas mais qui n’existe, en fait ! »

Sur la piste du Marsupilami est diffusé mercredi 30 décembre à 21h15 sur TMC

Propos recueillis en 2012 par Interview Julien Barcilon

Source: Lire L’Article Complet