Reminiscence : Un thriller sur fond de romance porté par Hugh Jackman, notre critique
TV 

Reminiscence, le dernier film de Hugh Jackman réalisé par la créatrice de Westworld, Lisa Joy, vaut-il le coup d’oeil ? Découvrez notre critique. 

Passé, présent et futur se mélangent et s’entremêlent dans le thriller Reminiscence, que vous pouvez retrouver dès aujourd’hui au cinéma. Porté par l’acteur australien Hugh Jackman, qui n’est plus à présenter, il s’agit du tout premier film de Lisa Joy, la créatrice de la série à succès Westworld. Voici ce que l’on en a pensé.

Le synopsis de Reminiscence

Dans un Miami dystopique inondé par les eaux, Nick Bannister et son amie et assistante Watts vendent aux habitants de la ville la possibilité d’accéder à leurs souvenirs : c’est la technologie Reminiscence. Alors que le duo enchaîne les nuits de travail les unes après les autres, tout bascule lorsque la mystérieuse Mae fait irruption dans leur vie avec ses secrets, pour mieux disparaître sans laisser de traces. Amoureux, Nick décide de tout faire pour la retrouver et comprendre les raisons de son départ, quitte à complètement se perdre dans les méandres du passé.

Le casting de Reminiscence

C’est un casting de talent qui vous attend dans Reminiscence avec Hugh Jackman dans le rôle de Nick Bannister, le personnage principal. Thandiwe Newton joue quant à elle Watts, l’ancienne militaire qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. L’envoutante Mae est jouée par Rebecca Ferguson, et la star de films d’action Daniel Wu incarne Saint Joe. Reminiscence a été écrit et réalisé par Lisa Joy, qui signe ici son tout premier long-métrage.

Ce que l’on a aimé dans Reminiscence

Reminiscence est ce que l’on pourrait qualifier de film à plusieurs facettes. Il y a d’un côté le thriller aux airs de film noir, l’enquête d’un homme esseulé qui voyage à travers ses propres souvenirs. De l’autre, il y a l’histoire d’amour, une romance destinée à être tragique. Au milieu de tout ça, des personnages qui apprennent tout autant de leur environnement que de leurs propres actions. Reminiscence c’est tout cela, un long-métrage qui vise juste, de temps en temps à côté, et propose un voyage à la fois divertissant et intriguant dans un univers différent, le tout porté par un casting qu’on ne se lasse pas de voir sur grand écran. On a particulièrement aimé son concept et la technologie au coeur de l’histoire, dont on serait presque tenté de souhaiter l’existence. On a également beaucoup apprécié le côté romantique et plus léger du film, qui permet de contrebalancer ses aspects plus sombres. On se laisse emporter, curieux presque autant que le héros de démêler le vrai du faux. Reminiscence est ainsi un bon choix si vous souhaitez vous évader et vous divertir le temps de quelques heures.

Ce que l’on a moins aimé dans Reminiscence

Comme nous vous le disions juste au-dessus, l’un des meilleurs atouts de Reminiscence réside dans la nouvelle technologie qu’il propose. Une technologie qui lui fait cependant parfois défaut puisqu’elle amène à plusieurs incohérences, dont certaines difficiles à ignorer. Ce n’est qu’un détail, mais on regrette également que la bande son manque de ce côté épique que l’on retrouve si souvent dans les compositions de Ramin Djawadi pour Westworld. Enfin, bien que cela soit un choix artistique de la part de Lisa Joy, le fait que l’environnement dystopique et post-apocalyptique du film semble parfois sous-utilisé et serve simplement de toile de fond nous a quelque peu laissé sur notre faim. Il ne vous reste maintenant plus qu’à vous faire votre propre avis sur Reminiscence ! Également visible dans les salles obscures, la comédie romantique française Fragile.

Source: Lire L’Article Complet