Patrick Sébastien : "La télé d’aujourd’hui n’est pas faite pour moi"
TV 

Peu inspiré par les productions télé actuelles, cet électron libre a toutefois accepté de sortir de sa réserve. Sur C8, il présente Samedi Sébastien, une série d’émissions qui condense ses plus belles heures cathodiques. A découvrir dès samedi 24 avril à 21 h 05.

Quel est l’objet de Samedi Sébastien que propose C8 ?

Patrick Sébastien : Une chose est sûre : je ne reviens pas pour faire l’animateur ! Je suis là uniquement pour jouer les "passe-mémoire". Mais il se trouve que je suis propriétaire de mes émissions et que C8 était très contente de celles qu’elle avait déjà diffusées. Alors, on a décidé de remettre à l’antenne des numéros du Plus Grand Cabaret du monde et des Années bonheur, centrés autour d’invités comme Jean Dujardin, Jamel Debbouze et Kad Merad, en coupant la partie promo de l’époque.

Avez-vous gardé des liens avec vos ex-collègues animateurs ?

Oui, j’ai gardé quelques potes. Mais je trouve que ce mot ne signifie plus rien aujourd’hui. Il suffit d’avoir une oreillette et un prompteur pour être animateur. Or, les vrais animateurs, il y en a très peu, à part des gens comme Nagui, Reichmannou Hanouna. Et sur le service public, mieux vaut être une femme… C’est pour ça que je ne suis pas pour la parité systématique. Je suis pour qu’on juge sur le professionnalisme. Françoise Giroud disait : "La femme sera l’égale de l’homme le jour où l’on désignera une femme incompétente." Je pense que ce jour est arrivé…

Quand vous voyez des divertissements tels que La France a un incroyable talent, n’avez-vous pas l’impression d’être le "père" de ce type de format ?

Si, et de plein d’autres choses ! Mais dans la télé d’aujourd’hui, on est loin du partage qu’on trouvait, par exemple, dans Les Années bonheur, car il y a des personnes en haut qui ont décidé que ça ne devait plus exister, que le cœur de la France n’y avait pas droit de cité. Les Victoires de la musique et les César sont un bon exemple de cet entre-soi. Cette télé n’est pas faite pour moi et je ne suis pas fait pour elle… Ça ne m’empêche pas d’avoir beaucoup de choses sur le feu. Je serai bientôt sur scène avec la tournée du Grand cabaret ; j’écris une série et des livres de mots croisés ; je prépare un nouvel album et j’ai lancé mon vin.

Que vous a inspiré le geste de Corinne Masiero aux César ?

À vrai dire, je m’en fous complètement. Ça ne m’a pas choqué. Mais si Bigard ou moi en avions fait le millième, je ne vous raconte pas à quel point nous nous serions fait allumer…

Source: Lire L’Article Complet