Patrick Fiori : "Les enfants, c’est vital pour moi"
TV 

À la veille de la finale samedi 10 octobre à 21 h 05 sur TF1, le coach historique de The Voice Kids dresse le bilan de cette saison 7. L’occasion d’évoquer son nouvel album, ses premiers pas de comédien et son arrivée dans la version adultes du télé-crochet.

Comment abordez-vous cette finale en direct de The Voice Kids ?

Patrick Fiori : Je me languis de retrouver mes talents, Rebecca et Ema, d’autant qu’elles ont dû encore faire des progrès. Je sais qu’elles sont prêtes à affronter cette dernière étape. Ce sera un grand moment.

Comment les conseillez-vous ?

Je suis très fier d’elles et de toute mon équipe. Juste avant de monter sur scène, j’aurai plus des mots de copain que de coach. À ce niveau du concours, on n’est plus sur la technique mais sur la sensibilité.

Votre investissement de coach paraît très profond…

Les enfants, c’est vital pour moi. Je les accompagne au mieux pour leur donner des outils, les guider pour l’après. S’ils ont la conviction profonde qu’ils sont artistes, The Voice Kids n’est pas la fin, ce n’est que le début.

En 2021, vous serez aux côtés de Zazie, Mika, Jenifer et Florent Pagny pour l’édition anniversaire de The Voice. Votre approche sera-t-elle différente ?

Les enjeux ne sont pas les mêmes et donc le discours non plus. Je me prépare tranquillement en regardant les saisons précédentes. J’ai hâte ! Ça va être un plaisir de partager cette nouvelle aventure avec ces quatre camarades. Mais attention, je ne leur ferai pas de cadeau non plus.

Votre album Un air de famille est sorti le 2 octobre. Quelles ont été vos inspirations ?

Plutôt que de les faire défiler sur un téléphone, j’ai eu envie de soulever la poussière des albums photos. Ma famille de sang mais aussi de cœur n’est pas différente des autres. La transmission est essentielle dans nos vies. Je m’intéresse aussi à ce refuge qu’est l’enfance. Tous ces sentiments qui nous aident à rester bien vivant.

Vous avez travaillé avec Soprano, Florent Pagny, Jean-Jacques Goldman… mais aussi Angelina, qui a remporté The Voice Kids à vos côtés…

Oui, pour une chanson qui se trouve aussi sur la collection d’histoires jeunesse que j’ai imaginée, les aventures du petit Zino. Je ne les lâche pas, mes kids ! J’ai déjà partagé des concerts avec plusieurs de mes talents. Et je vais continuer. En 2021, quoi qu’il arrive, je serai sur scène. J’ai pensé à toutes les solutions. Car sans public, nous ne sommes rien.

Vous avez tourné Mauvaise graine, un téléfilm pour France 3. Comment se sont déroulés vos premiers pas d’acteur ?

J’incarne Jean Bogossian, un homme qui a connu la prison pour des faits qu’il n’a pas commis et ouvre un centre éducatif pour ados lorsqu’un crime est commis… J’avais la sensation d’être en tournée avec une équipe géniale. La fiction a été écrite pour moi. Je ne pouvais pas rêver mieux !

Nos talents coups de cœur

Dans l’équipe de Patrick Fiori, on craque pour Ema. À seulement 11 ans, sa voix pure et puissante fait décoller le public et son coach, qui la compare à Barbra Streisand. Nouveau dans la compétition, Kendji Girac peut compter sur Abdellah pour l’emmener vers la victoire. L’ado de 15 ans possède déjà une âme d’artiste affirmée et relève tous les challenges. Chez Jenifer, on mise sur Sara (photo). Cette petite diva soul de 13 ans a survolé le concours avec sa technique et sa sensibilité. Un don de famille car, en finale, elle devra affronter sa petite sœur Rania, de l’équipe de Soprano. Mais c’est Enzo (photo), 11 ans, l’autre finaliste du coach marseillais, qu’on rêve en grand vainqueur de cette septième saison. Jeune rappeur vivant à Hong Kong, au timbre joliment cassé, il a survolté toutes ses prestations. Une vraie graine de star !

Source: Lire L’Article Complet