Myriam Seurat : "L’été n’est pas terminé !"
TV 

C’est l’un des visages de la météo du service public depuis presque vingt ans, à la fois sur France 2, tous les jours à 12h55, et France 3. Cet été si perturbé partout sur la planète ne la laisse évidemment pas indifférente.

À part près de la Méditerranée et ponctuellement dans le Sud-Ouest, la France connaît un été assez gris. Comment l’expliquez-vous ?

MYRIAM SEURAT : L’anticyclone des Açores est resté sur les Açores, comme il le fait habituellement en hiver. De nombreuses perturbations ont donc pu circuler sur la France. Ce n’est pas exceptionnel. On a déjà connu des étés gris, en 2011 et en 2014. Mais il n’est pas terminé.

Des inondations en Belgique et en Chine, une canicule au Canada : pourquoi ces phénomènes ont-ils lieu ?

Pour la Belgique, c’est la conséquence des pluies dues à « la goutte froide », cette dépression d’altitude qui a aussi concerné la France : des crues se sont produites de l’amont vers l’aval. Le dôme de chaleur observé en Amérique du Nord a obligé le jet-stream à dévier sa trajectoire et à se retrouver sur l’Europe. Dans certaines régions de Chine, il est tombé un an de pluie en quelques heures : là, c’est la conséquence du changement climatique.

N’est-ce pas une tarte à la crème que ce réchauffement climatique dont on rend l’être humain responsable ?

L’homme n’est qu’en partie responsable. Il faut malgré tout changer nos habitudes pour freiner le réchauffement climatique.

En dehors de la météo, vous avez d’autres cordes à votre arc. Où en êtes-vous professionnellement ?

J’anime depuis douze ans La Nuit du ramadan et, pendant quatorze ans, j’ai été reporter sur des sujets culturels en Europe et dans le monde pour Télématin

Quel regard portez-vous sur Télématin que vous avez quitté il y a un an et demi ?

Un regard tendre et nostalgique. En plus d’être une bande de chroniqueurs, on était, et on est, une bande d’amis.

Quel est votre avis sur la nouvelle formule de l’émission à la rentrée ?

J’ai longtemps écouté Thomas Sotto à la radio, Julia Vignali a fait partie du service public puisqu’elle a animé Les Maternelles et Damien Thévenot est un ami. C’est la vie de la télévision que de se renouveler. Mais c’est bien aussi de garder des valeurs sûres qui sont des repères, comme Michel Drucker.

Cela vous plairait-il de réintégrer Télématin ?

Le terrain me manque. J’aimais bien ces reportages où je portais un autre regard sur les pays dans lesquels j’allais. En plus de la météo, j’espère pouvoir en refaire, peut-être autrement. Laissons à la nouvelle équipe le temps de prendre ses marques.

Source: Lire L’Article Complet