Kendji Girac (Champion) : “C’était un peu gênant”, ces scènes qui l’ont perturbé
TV 

Chanteur et juré de The Voice Kids (samedi 3 septembre à 21h10 sur TF1), le voilà acteur dans le rôle d’un analphabète pour Champion, lundi 5 à 21 h 10 sur la Une. Une première pour le jeune papa de 26 ans qui nous dit tout sur cette nouvelle aventure, inspirée de son parcours.

Comment est né ce projet de fiction ?

Kendji Girac : J’avais déjà reçu des propositions de films mais les rôles ne me ressemblaient pas. Pour me lancer, je voulais un sujet qui compte pour moi et qui puisse aider des gens. Avec mon équipe, on a validé ce projet sur l’illettrisme parce qu’il me tient particulièrement à cœur.

Pour quelles raisons ?

J’ai personnellement eu des difficultés plus jeune, que j’ai gardées pour moi. J’en ressentais une certaine honte. Je faisais en sorte que personne ne le remarque. Jusqu’au jour où j’ai compris qu’il fallait en parler. Que, grâce à la parole, je pourrais combattre ce problème, le mettre de côté et me sentir mieux dans ma peau.

Comment vous êtes-vous préparé à ce nouveau défi ?

J’ai pris des cours avec un coach. Il m’a aidé à apprendre mon rôle, je répétais des scènes avec lui. Au début, ce n’était pas facile. Mais il a su me mettre à l’aise, me faire travailler. On a avancé jusqu’à ce que je trouve la manière de faire passer mes émotions. Il me filmait avec son téléphone mais je ne regardais pas les images, il fallait que je me concentre sur le personnage. Quand on se regarde trop, on oublie le message.

Et pour la transformation physique ?

J’ai fait beaucoup de sport, je me suis laissé pousser les cheveux et la barbe. Parfois, j’essayais de me recoiffer en cachette, mais la réalisatrice (Mona Achache, ndlr) me redécoiffait à chaque fois. (Rires.) Je suis entré dans le personnage, je faisais partie de lui et il faisait partie de moi. Ce sont des émotions que je ne connaissais pas.

Et les scènes d’amour ?

C’était un peu gênant. On en a vite parlé avec les actrices pour crever l’abcès. J’avais l’impression d’avoir 10 ans, comme quand j’ai embrassé ma première copine à l’école. Je me disais : "Ma mère, quand elle va voir ça !" Si je regarde le film avec elle, j’irai chercher un verre d’eau quand on arrivera à ces passages. (Rires.)

Il y a un numéro Vert (0 800 11 10 35) au générique de fin pour aider à libérer la parole des jeunes touchés par l’illettrisme. Est-ce pour vous un engagement dans la durée ?

Plusieurs associations nous ont contactés et je serai là pour les accompagner. Maintenant que je suis engagé dans cette aventure, ça devient mon combat. Je suis fier d’être, à 26 ans, le porte-parole de ce problème, surtout pour les jeunes. Le message à leur transmettre, c’est d’oser en parler ! Il y a de l’amour dans ce monde, alors il faut s’en servir et s’entraider.

Vous êtes de nouveau juré de The Voice Kids. Quelle satisfaction vous apporte cette mission ?

Voir des enfants passer par de telles émotions devant nous, les coachs, c’est incroyable à vivre. Voir aussi autant de talents alors qu’ils sont si petits… Je me souviens, quand j’ai commencé, les premières auditions à l’aveugle me donnaient envie de partir du plateau, parce que c’est très stressant. Là, je me sens comme le grand frère, ou un papa… Quelqu’un de bienveillant, qui veut essayer de leur faire vivre quelque chose de magique tout en leur disant la vérité. Sans trop donner de faux espoirs.

Difficile comme rôle…

Parfois, c’est compliqué de dire à un petit ce qui ne va pas, mais ça lui servira plus tard.

Un mot sur les autres jurés…

Il y a Patrick Fiori, c’est le dieu du fauteuil. Julien Doré, lui, est très aimé, très technique, très fort… Quant à Louane, elle est très sensible, une personne au grand cœur. On est tous importants aux yeux des enfants. On le constate quand ils choisissent leur coach.

L’illettrisme, Grande Cause nationale 2013

L’illettrisme touche 7 % de la population française âgée de 18 à 65 ans. Soit environ 2,5 millions de personnes, dont plus de la moitié exerce un emploi. À l’occasion des Journées nationales d’action contre l’illettrisme, du 8 au 15 septembre, de nombreuses actions sont prévues : plans de formation, mobilisation des entreprises, mise en lumière des dispositifs existants, manifestations locales… www.illettrisme-journees.fr/

Source: Lire L’Article Complet