Ginny & Georgia : La série Netflix au cœur de plusieurs polémiques
TV 

Certaines scènes de la série Netflix Ginny & Georgia font polémique sur les réseaux sociaux. 

Il y a une semaine sortait sur Netflix la série Ginny & Georgia, une dramédie mère-fille attachante et moderne qui s’est rapidement hissée en haut du classement. Un beau succès qui se retrouve aujourd’hui entaché par plusieurs polémiques. En effet, le show créé par Sarah Lampert est accusé d’être sexiste et de tourner en ridicule la lutte contre le racisme. C’est la star Taylor Swift, profondément agacée par une blague déplacée formulée à son sujet, qui a dégainé la première. Et pour cause, cette dernière n’a pas apprécié de voir Ginny, l’héroïne du show, en pleine dispute avec sa mère blaguer ouvertement sur la vie intime de la chanteuse en déclarant avec ironie : “Qu’est-ce que ça peut te faire ? Tu changes d’hommes plus vite que Taylor Swift”.

Hey Ginny & Georgia, 2010 called and it wants its lazy, deeply sexist joke back. How about we stop degrading hard working women by defining this horse shit as FuNnY. Also, @netflix after Miss Americana this outfit doesn’t look cute on you ???? Happy Women’s History Month I guess pic.twitter.com/2X0jEOXIWp

Lasse d’être victime de slut shaming et d’être sans cesse critiquée sur sa vie personnelle, Taylor Swift s’en est pris à Netflix sur Twitter : “Hey Ginny & Georgia, 2010 a appelé et elle veut récupérer sa blague facile et profondément sexiste. Que diriez-vous d’arrêter de dégrader les femmes qui travaillent dur en arrêtant de considérer cette blague de merde comme drôle. Joyeux mois de l’Histoire des Femmes, je suppose”. Un tacle qui n’est pas passé inaperçu. Loin de là, les internautes ont par la suite été nombreux à soutenir la jeune femme en créant le hashtag #RespectTaylorSwift. Et ce n’est pas tout ! La chanteuse américaine a également fait retirer son documentaire Miss Americana de la plateforme en signe de contestation.

Malheureusement, il ne s’agit pas de la seule scène qui pose problème. Deux autres séquences font également polémique depuis plusieurs jours sur Twitter. La première concerne l’épisode 4, au moment où Ginny qui sextote avec son voisin Marcus, choisit de se masturber avec une brosse à dents électrique. Et pour cause, en plus de se servir du mode vibreur, la jeune femme a l’air de s’être également servie des “poils” de la brosse. Un détail qui a fait bondir les téléspectatrices qui ont été nombreuses à protester contre cette séquence jugée surréaliste, grotesque et totalement inconcevable. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que de nombreux gynécologues déconseillent d’utiliser directement les poils d’une brosse à dents, au risque de se blesser ou pire d’attraper des bactéries.

I’m done with netflix pic.twitter.com/UxdknaPbw9

Et comme si ce n’était déjà pas assez malaisant, d’autres internautes ont également épinglé la série sur Twitter en raison d’un échange délicat présent dans l’épisode 8. Cela concerne le moment où Ginny, qui est victime au quotidien de misogynoir, se plaint auprès de son petit-ami Hunter de ne pas avoir remporté le concours de littérature à cause du comportement raciste de son prof. Une critique rejetée par ce dernier qui refuse de prendre sa défense. Très vite le ton monte et une violente dispute éclate. S’enchaîne alors un dialogue irréfléchi et maladroit façon “Olympiade des oppressions”, les deux personnages s’accusant mutuellement d’être “trop blanc” et de ne pas correspondre aux stéréotypes stigmatisants et disqualifiants de leur couleur de peau.

You just picked two white writers out of the list. They didn’t write this episode. This is episode 8 and it was written by Briana Belser and Mike Guayo, both Black. Also the actors in the scene helped write it. pic.twitter.com/k0imdSq29P

Une scène pointée du doigt par l’internaute Black Grant Applicant, qui a regretté que la série ne saisisse pas totalement les enjeux et l’ampleur d’un tel problème. Pour lui, cela s’explique d’une seule façon : les deux scénaristes Debra J. Fisher et Sarah Lampert sont blanches. Un constat partagé par d’autres internautes qui ont désapprouvé le traitement tout sauf subtil et la représentation du métissage abordée uniquement du “point de vue des personnes blanches”. Des accusations toutefois tempérées par l’internaute Ricky Rawls qui a rappelé que l’épisode en question avait été écrit par deux scénaristes noirs Briana Belser et Mike Guayo. Avant de poster un extrait d’une interview donnée à EW par l’actrice Antonia Gentry (Ginny) où elle affirme : “Ces lignes que nous nous disons [dans l’épisode 8] sont directement inspirées de nos vraies vies”.

Source: Lire L’Article Complet