"Encanto" : destination Colombie pour un Disney de Noël qui ne lésine pas sur la magie
TV 

À chaque Noël son film d’animation Disney, ou presque. Après une année sans sortie cinéma pour les fêtes en raison de la pandémie, les studios américains reviennent cette année avec Encanto, une comédie musicale colorée et rythmée qui se déroule en Colombie. Rappelant par ses notes latino-américaines le somptueux Coco (2017) qui célèbre la traditionnelle fête des morts au Mexique, ce long-métrage signé des créateurs de Vaiana (2016) raconte le quotidien des membres d’une famille dotée de pouvoirs magiques – tout comme la maison dans laquelle ils habitent tous ensemble.

Une maison enchantée qui prend vie

Dans une petite ville perdue au coeur des montagnes colombiennes, la famille Madrigal anime à elle seule tout le quartier. Chaque membre de cette joyeuse tribu possède une faculté spéciale dont il se sert pour aider les habitants. Force herculéenne, métamorphoses, don de guérison, capacité à tout fleurir… Tous participent à améliorer le bien-être de la communauté grâce à leurs qualités hors du commun, sauf Mirabel, seule membre de la famille à ne pas avoir reçu de compétence exceptionnelle.

La jeune femme n’en perd pas pour autant sa bonne humeur et se livre pleinement dans le quotidien de la casita, le foyer qui abrite les Madrigal et qui prend vie comme par enchantement lorsqu’on lui parle. Volets animés, sol mouvant, escaliers modulables… Cette fantastique maison constitue un membre de la famille à part entière, celui qui rassemble tout le monde sous un même toit. Mais un jour, la belle demeure commence à se fissurer et à perdre peu à peu de sa superbe. Mirabel se sent alors investie d’une mission : sauver l' »encanto », ce charme miraculeux qui protège la famille dont grand-mère Abuela est devenue la gardienne à la mort de son époux.

Trop de magie tue la magie 

Ravissement visuel avec ses couleurs chatoyantes, ses jeux de lumière et ses décors qui font voyager jusqu’au fin fond des forêts tropicales, Encanto tient parfaitement la promesse d’une comédie musicale grand public pour les fêtes de fin d’année. Le film propose huit chansons aux rythmes entraînants – voire entêtants – qui permettent d’en apprendre plus sur les tourments de chaque personnage. On y trouve même un rap audacieux qui apporte de l’énergie à une intrigue parfois trop linéaire pour laisser place à la surprise. 

Au milieu d’une ribambelle de seconds rôles aux pouvoirs prodigieux, qui se succèdent si vite qu’on peine quelque peu à s’y attacher, l’héroïne Mirabel se détache nettement. Loin des clichés de la princesse parfaite avec ses lunettes rondes et ses traits grossiers, la seule descendante Madrigal dépourvue de qualités surnatuelles apporte sa fraîcheur dans ce spectacle où la magie est banalisée. Parfois au prix d’une émotion pas aussi marquée que dans Coco, qui prône également les valeurs de la famille dans une dimension fantastique.

Ce Disney de Noël n’en demeure pas moins une agréable parenthèse enchantée, qui rappelle avec humour que l’on peut parfois partager le quotidien d’une personne sans réellement la connaître. Et que la quête de perfection n’est qu’une utopie qui nous aidera à mieux accepter nos défauts et ceux de nos proches.

La fiche

Genre : animation, fantastique, comédie
Réalisateurs : Byron Howard, Jared Bush, Charise Castro Smith
Doublage français : Camille Timmerman, José Garcia, Juan Arbelaez
Pays : États-Unis
Durée : 1h43
Sortie en France : 24 novembre 2021
Distributeur : Walt Disney Pictures

Synopsis : dans un mystérieux endroit niché au cœur des montagnes de Colombie, la fantastique famille Madrigal habite une maison enchantée dans une cité pleine de vie, un endroit merveilleux appelé « encanto ». L’ »encanto » a doté chacun des enfants de la famille d’une faculté magique allant d’une force surhumaine au pouvoir de guérison. Seule Mirabel n’a reçu aucun don particulier. Mais lorsque la magie de l’encanto se trouve menacée, la seule enfant ordinaire de cette famille extraordinaire va peut-être se révéler leur unique espoir…

Source: Lire L’Article Complet