Des étudiants montent un docu « pour donner de l’audace aux jeunes »
TV 

Un départ prometteur. En quelques jours seulement, la cagnotte de crowdfunding lancée ce lundi par des étudiants de l’EM Lyon Business School a déjà atteint plus du tiers de son objectif. Il faut dire que le projet est dans l’air du temps : réaliser un film documentaire « sur les rêves de la jeunesse à travers le monde », « pour donner de l’audace et du courage aux jeunes et les inciter à réaliser leurs rêves » . « On explique toujours aux jeunes que c’est une période de la vie où tout est compliqué et que leur avenir sera compliqué mais notre message positif prend encore plus de force aujourd’hui dans le contexte du coronavirus », explique Paul Gourdon, coauteur et réalisateur à l’origine
du projet de documentaire Dreamland.

« J’ai eu le déclic en quittant la petite ville où j’avais grandi près de Chartres : je me suis rendu compte que dans les grandes agglomérations la mixité sociale et culturelle était bien moins facile et j’ai eu envie d’un projet qui rassemble les gens », explique ce passionné de cinéma et d’audiovisuel. C’est après avoir vu le film Human de Yann Arthus-Bertrand, qu’il décide de lui aussi de monter un documentaire inspirant. Le projet « Dreamland » ne prend corps quelques années plus tard, lors de ses études à l’EM Lyon, après sa rencontre avec Théophile Moreau, coauteur et coréalisateur du film.

L'équipe du documentaire

Lever au moins 13.000 euros en un mois

Depuis, l’équipe n’a cessé de grandir pour monter le projet malgré les contraintes liées à la pandémie et aux confinements successifs : « On a été contraints de travailler à distance et on a dû revoir nos itinéraires pour le tournage prévu de juillet à novembre en fonction des pays qui seront accessibles pour maximiser nos chances. Mais on aura tous reçu nos deux doses de vaccins avant de partir ! », confie Julie Marchal, camérawoman et productrice.

Leur objectif : sillonner quatre continents en binôme à la rencontre de 200 jeunes d’une vingtaine de pays, boucler le montage fin février avec l’aide de la monteuse professionnelle Maryline Monthieux, pour une distribution et des projections débats auprès de jeunes spectateurs à partir de mars 2022. Un challenge ambitieux, pour laquelle l’équipe a besoin de 40.000 euros. En plus des recherches de subventions auprès des collectivités et des entreprises, les huit jeunes ont donc décidé de faire appel à la générosité du public en tentant de lever au moins 13.000 euros en un mois. Un rêve de jeunesse en passe de se réaliser.

Source: Lire L’Article Complet