Complément d’enquête : ces propos gênants de Noël Le Graët face à des images choquantes sur le Qatar
TV 

Ce jeudi 13 octobre, France 2 a diffusé un nouveau numéro de Complément d’enquête, consacré à la Coupe du monde au Qatar. Au cours du reportage, des propos du président de la Fédération français de football concernant les conditions de vie des sous-traitants de l’hôtel des Bleus ont particulièrement choqué, même au plus haut sommet de l’État.

Des déclarations lunaires. Ce jeudi 13 octobre, France 2 s’est penché sur l’attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar à l’occasion de la diffusion d’un nouveau numéro de Complément d’enquête. L’émission d’investigation a notamment dénoncé les conditions inhumaines des ouvriers qui travaillent dans ce pays.

Et au cours du reportage, les journalistes du programme se sont notamment intéressés aux conditions de travail et de vie des salariés du futur hôtel de l’équipe de France pendant la compétition. Grâce à une caméra cachée, les téléspectateurs ont ainsi pu découvrir des images des lieux de vie de ces salariés, notamment ceux des agents de sécurité. "Les salles de bain sont sales. C’est pourtant à l’employeur d’entretenir les lieux. Dans cette petite chambre, ils vivent à quatre. Le Qatar exige en théorie six mètres carrés par personne. D’après nos informations, certains employés qui vivent ici sont privés de jour de repos et ont vu leur passeport confisqué par leur employeur », décrit ainsi la voix off, en dévoilant des pièces dans des états exécrables.

Noël Le Graët : "C’est juste un coup de peinture !"

Et ces images, Complément d’enquête a également souhaité les montrer au président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët. Mais le dirigeant n’a pas semblé très ému en découvrant les lieux insalubres. "On va discuter avec le directeur de l’hôtel. On va lui montrer ces images. Ce n’est pas insoluble ! C’est juste un coup de peinture !", a-t-il lancé, avant d’ajouter : "On a encore le temps de réparer ça. Ce n’est qu’une image que vous montrez avec deux réchauds à gaz… Ils sont peut-être à changer".  Noël Le Graët a également estimé que de nombreux autres endroits se trouvaient dans des états comparables. "Je peux vous montrer plein d’images comme ça dans plein de pays… Même peut-être pas très loin d’ici", a-t-il ainsi assuré.

Et ces propos sont remontés jusqu’au gouvernement. Sur RTL, la ministre des Sports Amelie Oudéa-Castéra a ainsi estimé qu’il s’agissait d’une réaction surprenante et "hors-sol". "Ces images m’ont choquée, cette réaction m’a choquée. Elle manquait à la fois d’humanité et même de lucidité", a-t-elle déclaré. Et de poursuivre : "Il faut que la FFF prenne sa part de responsabilité et fasse tout ce qui est en sa capacité pour que sur le sujet des conditions de travail, du respect des droits humains sur son camp de base, la situation s’améliore. Par rapport aux images très choquantes qu’on a vues hier, des réactions s’imposent".

Les images diffusées dans le reportage ont tout de même conduit la FFF à annoncer une mission de vérification sur place. Des vérifications qui "ont permis d’écarter la société de sécurité" en question en raison de "nombreuses irrégularités inacceptables", a expliqué la fédération dans un courrier du 2 octobre produit par l’émission.

Source: Lire L’Article Complet