Comment « Suprêmes » fait bel et bien renaître NTM
TV 
  • A la fin des années 1980, des jeunes du 93 ont créé le groupe NTM.
  • « Suprêmes » suit leur parcours en mêlant concerts et scènes intimistes.
  • Théo Christine et Sandor Funtek, éblouissants, incarnent respectivement JoeyStarr et Kool Shen dans ce film passionnant.

Vous êtes vous déjà demandé comment Didier Morville est devenu JoeyStarr ou comment Bruno Lopes est devenu
Kool Shen ? La réponse à cette question, on la trouve dans Suprêmes d’
Audrey Estrougo, excellent biopic sur le groupe de rap
NTM, présenté en séance de minuit à
Cannes et qui sort en salle ce mercredi. Pour faire revivre leurs jeunes années, la réalisatrice Audrey Estrougo a eu la judicieuse idée de faire appel à deux jeunes acteurs presque inconnus, 
Théo Christine et
Sandor Funtek.

Le premier a été repéré dans la série Skam en 2018, le second a un peu plus d’expérience puisqu’il joue depuis 2009 et qu’on l’a entraperçu dans La vie d’Adèle d’Abdellatif Kéchiche (2013) et dans Dheepan de Jacques Audiard (2015), deux palmes d’or quand même ! Mais plus que leur ressemblance avec leurs modèles, ils ont surtout été retenus car ce sont d’anciens sportifs, capables de concilier les qualités de jeu et les qualités d’endurance indispensables aux performances scéniques du film. Au bout du compte, il a fallu un an de boulot pour que Théo et Sandor en viennent à ressembler à JoeyStarr et Kool Shen qui, « au départ, n’avaient rien à voir avec eux tant du point de vue du physique que de la personnalité, rappelle la cinéaste.

La crédibilité des personnages

On se doute bien que la crédibilité du duo central était indispensable à la réussite du film. Et ça fonctionne aussi bien pour les scènes de concert que pour les séquences plus intimistes. «Je les ai fait entrer dans leurs personnages par la musique, raconte Audrey Estrougo. En leur demandant de les imiter dans des vidéos puis en dégageant ce qui ne faisait pas partie de la narration. Et on a pu ainsi livrer notre version des personnages.» On découvre aussi leurs amitiés, leurs rivalités, leurs épreuves, leurs succès, leurs espoirs, comme si l’on se retrouvait plongé dans l’entourage d’un groupe au nom provocateur, mais qui n’appelait pas à la haine. Et c’est une impression galvanisante qui se dégage au final de de ce film qui partage avec respect le travail de NTM et la puissance de leurs plus beaux titres comme Le Monde de demain. Au-delà des goûts musicaux de chacun, ce biopic énergique se révèle passionnant pour ce qu’il révèle d’un groupe qui a imposé le rap en France et ouvert la porte à beaucoup d’autres artistes.

Source: Lire L’Article Complet