Comment « Albatros » perd ses ailes et reprend espoir
TV 
  • Un gendarme normand abat un agriculteur par accident.
  • « Albatros » montre le désespoir de ce bon père de famille confronté à sa culpabilité.
  • Jérémie Renier est éblouissant dans ce film où la pudeur de Xavier Beauvois fait des merveilles.

La Normandie, Xavier Beauvois la connaît bien. Il la montre sous un jour méconnu dans Albatros.
Jérémie Renier, gendarme et père de famille, est prêt à épouser sa compagne (magnifique Marie-Julie Maille également coscénariste et monteuse du film). Il voit sa vie basculer quand il abat accidentellement un agriculteur en colère.

« Je connais les gendarmes et les paysans normands, expliquait Xavier Beauvois à 20 Minutes cet été au
Festival d’Angoulême. Albatros ne les met pas dos à dos. Le drame que raconte le film est celui d’hommes brisés par une situation politique dont ils sont les victimes. » Ce que le réalisateur du film Des dieux et des hommes décrit en creux, c’est le malaise que ressentent des êtres broyés par un système inhumain.

Entre chagrin et révolte

Xavier Beauvois s’est inspiré d’un article de journal pour écrire ce film poignant qui décrit le quotidien d’un gendarme entre suicides, incestes et misère ordinaire avant de sombrer dans un drame pour lequel il n’est pas préparé. « Il fuit en mer une réalité qu’il ne peut accepter », souligne le réalisateur. Celle qui frappe un homme intègre incapable de faire face à sa culpabilité. Après Le Petit lieutenant, Xavier Beauvois évoque de nouveau les forces de l’ordre avec ce film intense qui fait monter les larmes aux yeux entre chagrin et révolte.

La souffrance du personnage principal se communique au spectateur qui partage son désarroi jusqu’à sa renaissance pour une scène finale d’une intense beauté portée par Marie-Julie Maille et Madeleine Beauvois, la compagne et la fille du réalisateur. « L’histoire est à la fois sociale et romantique. L’idée d’y intégrer ma propre famille m’est venue tout naturellement et la productrice Sylvie Pialat m’a fait confiance sur ce sujet », insiste Xavier Beauvois.

Intime et universel

Est-ce cette intimité, perceptible à l’écran, qui apporte un supplément d’âme à Albatros ? Est-ce la beauté des paysages de la région d’Etretat, déserte en dehors de la saison balnéaire, qui nimbe le film dans une atmosphère quasi surréaliste ? Est-ce le côté naturaliste de l’ensemble qui emporte le morceau en faisant prendre fait et cause pour les personnages ?

Ce sont toutes ces raisons qui font d’Albatros un grand film dont l’humanité à fleur de peau hante profondément.

Source: Lire L’Article Complet