Cinéma : à Deauville, Oliver Stone est hanté par l'assassinat de Kennedy
TV 

Sa silhouette massive en impose d’emblée. Mais plus encore que son allure, c’est sa réputation qui impressionne. Oliver Stone, c’est le poil à gratter, l’empêcheur de tourner en rond d’une Amérique dont il dénonce les travers depuis plus de 30 ans. Au festival de Deauville (Calvados), il est venu présenter son nouveau documentaire qui nous replonge, une fois encore, dans une enquête autour de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy en 1963. Sorti en 1991, son long-métrage consacré à l’affaire avait fait polémique, il y défendait la thèse d’un coup d’État impliquant la CIA.  

Zones d’ombre

Trente ans plus tard, il n’a pas changé d’avis, sur la foi de nombreux documents déclassifiés. S’appuyant sur 60 000 d’entre eux, Oliver Stone, revient par exemple sur les incohérences de l’autopsie, les liens entre Oswald, l’assassin présumé, et la CIA. Il remet en cause la présence d’une « balle magique », qui serait la cause à elle seule de sept blessures sur le président et le gouverneur du Texas, assis devant lui. Une théorie avancée par l’enquête officielle pour balayer l’hypothèse d’un second tireur. « J’espère que ce documentaire aidera Kennedy, parce que son fantôme n’a pas été vengé« , glisse Oliver Stone. 

Source: Lire L’Article Complet