Au Festival de Deauville, moins de stars, plus de découvertes
TV 
  • L’édition 2022 du Festival de Deauville met l’accent sur la cinéphilie et les nouveautés.
  • Des jeunes gens brillants comme Jesse Eisenberg, Luce Boynton, Thandiwe Newton et Ana de Palmas y sont attendus.
  • Un programme alléchant va titiller les spectateurs de cette manifestation ouverte au public.

Pas de grandes stars telles Johnny Depp comme l’année passée mais une 48e édition du Festival de Deauville qui s’annonce riche en découvertes. Elle met en avant non seulement des films américains, mais aussi des pépites découvertes à Cannes et de petits bijoux français que pourront déguster les participants à cette manifestation ouverte au public.

A post shared by Festival du cinéma américain (@deauvilleus)

Illustration

L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires

Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.

Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

Bruno Barde et son équipe jouent la carte de la cinéphilie avec une sélection qualitative qui devrait mettre l’eau à la bouche d’un jury présidé par Arnaud Desplechin, cinéaste à la filmographie exigeante et à la cinéphilie acérée.

Cap sur le « Nouvel Hollywood »

Dès le premier week-end, des stars du « Nouvel Hollywood » vont faire vibrer le tapis rouge. Jesse Eisenberg (Le Lex Luthor de Justice League et le héros de la saga Bienvenue à Zombieland) présente son premier film de réalisateur When You Finish Saving The World qui avait ouvert la Semaine de la Critique à Cannes. Lucy Boynton, vue récemment dans Le Crime de l’Orient Express de Kenneth Branagh, va aussi fouler les Planches. Le week-end suivant, ce sont Ana de Armas (éblouissante espionne cubaine dans Mourir peut attendre interprétant Marilyn Monroe dans Blonde d’Andrew Dominic) et Thandiwe Newton (héroïne de la série Westworld) qui sont attendues en Normandie.

Cannes, musique et cinéma de genre

L’habitude est prise depuis 2020. Le Festival de Cannes est l’invité de celui de Deauville et Thierry Frémaux, apporte de beaux cadeaux. Les spectateurs pourront rire bien jaune devant Sans Filtre, la Palme d’or signée du Suédois Ruben Ostlund ou s’émouvoir en profondeur avec Close du Belge Lukas Dhont, histoire d’amitié qui était l’un de nos coups de cœur sur la Croisette. Les amoureux de frissons ne sont pas oubliés avec notamment X de Ty West où l’équipe d’un film pornographique doit faire face à des fermiers psychopathes et avec l’alléchant La Tour de Guillaume Nicloux où les habitants d’un immeuble sont confrontés à une substance aussi mystérieuse que dévorante. Notons que ces séances « haute tension » sont, comme celle de l’intrigant Blood de Brad Anderson, interdites aux moins de 16 ans.

Le 7e Art aime la musique et vice-versa ! Parmi les films les plus prometteurs, on est aussi impatients de découvrir Moonage Daydream de Brett Morgen sur David Bowie et Hallelujah, les mots de Leonard Cohen de Daniel Geller et Dayna Goldfine, qui revient sur la destinée exceptionnelle de ce tube mystique et mythique. On ne va pas que regarder des films à Deauville cette année. On va aussi chanter.

Source: Lire L’Article Complet