Anne-Sophie Lapix très piquante face à Jean Castex : la journaliste de France 2 insiste sur les sujets qui fâchent…
TV 

Connue pour ne jamais cacher ce qu’elle a à dire, Anne-Sophie Lapix s’est une nouvelle fois montrée piquante face à Jean Castex ce lundi 10 janvier.

Alors que le variant Delta continue d’être agressif et qu’Omicron se répand à la vitesse de l’éclair, le gouvernement essaye par tous les moyens de limiter les dégâts. Malheureusement, les décisions prises en fonction des chiffres et des avancées ne sont pas toujours les meilleures, et beaucoup de critiques ne cessent d’affluer.

Port du masque en extérieur, pass vaccinal, jauge dans les salles closes, tests à répétition… Bref, les Français en ont marre. Mais surtout les parents d’élèves de maternelle et primaire qui doivent faire face à un protocole sanitaire très strict dans les écoles. Une situation compliquée dont le gouvernement à conscience. Pour autant, Jean Castex ne cesse d’annoncer de multiples changements.

« Comment voulez-vous… »

La grogne dans les écoles face au protocole sanitaire donne lieu à une grève nationale ce jeudi 13 janvier. Pourtant, pour tenter d’apaiser les tensions, Jean Castex s’est exprimé ce lundi 10 janvier pour annoncer une « simplification » des mesures pour soulager l’inquiétude des parents et professeurs. Parmi elles : « Plutôt que de recourir à un premier test PCR en pharmacie puis deux autotests, il suffira désormais de faire trois autotests. Ceci devrait permettre de faire diminuer les queues devant les pharmacies« . Une mise à jour qui n’a pas manqué de faire réagir Anne-Sophie Lapix, « Comment voulez-vous trouver des autotests alors qu’il y a des pénuries ? ».

Si au fur et à mesure de l’entretien, la présentatrice a su aborder les sujets qui fâchent, sans pour autant trop piquer Jean Castex. Lorsque l’intervention de ce dernier s’est achevée, Anne-Sophie Lapix n’a pas hésité à glisser un au revoir piquant : « Merci d’être venu sur notre plateau nous annoncer un nouveau protocole, le troisième en une semaine ». Voilà qui est dit.

À voir aussi : 

Source: Lire L’Article Complet