Affaire d’Outreau : que sont devenus les protagonistes du fiasco judiciaire ?
TV 

Un documentaire évoquant l’Affaire d’Outreau sera diffusé ce mardi 17 janvier sur France 2. L’occasion pour Télé Star d’évoquer les protagonistes du fiasco judiciaire. Mais que sont-ils devenus ?

Les faits remontent à décembre 2000 lorsque les quatre fils de Myriam Badaoui et de Thierry Delay, placés en famille d’accueil, accusent leurs parents d’abus sexuels au sein du domicile familial. Le couple habite à Outreau, une commune du Pas-de-Calais, qui donnera ensuite son nom à cette affaire. Reconnaissant une partie des faits, la mère incrimine d’autres personnes, dont des voisins et des membres de la famille. Un documentaire retraçant cette histoire sera diffusé ce mardi 17 janvier sur France 2. Mais que sont devenus les protagonistes ? Télé Star vous en dit plus. Il y a tout d’abord Chérif Delay, l’aîné des quatre fils. Âgé de 33 ans, il a fait face à la justice en mars 2022 après avoir été accusé par Juliette et Mylia, deux de ses ex-compagnes, de violences conjugales. "Je n’aime pas les femmes, j’ai un problème avec ça. J’assume mon côté violent", avait-il expliqué face aux juges. "Je ne suis pas responsable de qui je suis mais je suis responsable de ce que je fais", avait-il poursuivi avant d’ajouter : "J’ai voulu les tuer, je savais ce que j’allais faire". Il y a ensuite Thierry Delay, principal accusé de cette affaire. Le père de famille avait été condamné à une peine de 20 ans d’emprisonnement pour le viol de ses quatre enfants. Quelques années plus tard, il a de nouveau été condamné après avoir été accusé d’attouchements sexuels sur une patiente atteinte de sclérose en plaque. Des faits qui se seraient produits entre 2017 et 2019. "J’étais amoureux d’elle. Je lui touchais les jambes parce qu’elle avait la peau douce", avait-il déclaré avant d’avouer qu’il avait "touché les seins de la résidente mais ce n’était pas méchant".

Un autre protagoniste important était Myriam Badaoui, la mère de famille. Condamnée à 15 ans de prison, elle avait retrouvé sa liberté en 2011 grâce à des remises de peine prévues par la loi. Toutefois, elle a rapidement été condamnée à huit mois d’emprisonnement pour "vol" et "falsification de chèques". D’après les informations de Ouest-France, la mère de famille avait indiqué avoir perdu les pédales. "Je ne trouve pas ma place dans le monde extérieur. Mon nom est un obstacle. La prison a été ma maison. J’y ai fait mes premiers pas : des formations, un travail…", avait-elle expliqué lors de son procès, au tribunal de Rennes. Myriam Badaoui avait précisé avoir entamé des recherches afin de changer de nom. "Elle a le sentiment sans arrêt d’être rattrapée par son passé judiciaire très lourd, et d’y être réduite", avait assuré son avocate. Parmi les accusés, il y avait aussi Daniel  Legrand. Âgé de 19 ans au moment des faits, il a été accusé par Thierry Delay et Myriam Badaoui d’être à la tête d’un réseau pédophile. Dans une lettre adressée au juge en 2002, Daniel Legrand va passer aux aveux et reconnaît avoir commis des actes pédophiles sur les enfants du couple Delay-Badaoui. Dans celle-ci, il va également expliqué avoir été témoin du viol et du meurtre d’une fillette belge, en 1999. L’année d’après, le jeune homme se rétracte. "J’ai raconté n’importe quoi au juge Burgaud. Il m’avait dit qu’une demoiselle venait d’être relâchée parce qu’elle avait avoué", avait-il indiqué ensuite assurant qu’il espérait "passer Noël en famille, le juge m’a bien eu. J’étais dégouté". Daniel Legrand, qui a passé deux ans et demi en prison, a été jugé à trois reprises, bien que blanchi. La dernière date de 2015. "Je n’en reviens pas que l’on me rejuge pour les mêmes faits, dix ans après avoir été acquitté", avait-il affirmé face aux juge, précisant également que ses rêves ont été brisés.

Source: Lire L’Article Complet