Sous le choc, les Haïtiens pleurent le chanteur Mikaben mort sur scène samedi à Paris

Les Haïtiens sont en deuil, les hommages pleuvent et les médias locaux bouleversent leurs programmes depuis dimanche après l’annonce de la mort, sur scène samedi 15 octobre à Paris, du chanteur Mikaben, à l’âge de 41 ans.

De son vrai nom Michael Benjamin, l’artiste est décédé d’un arrêt cardiaque alors qu’il se produisait sur scène avec le groupe haïtien de musique Carimi à l’Accor Arena de Paris. Selon des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, le chanteur s’est brutalement effondré alors qu’il interprétait un morceau lors d’un concert qui marquait les retrouvailles du groupe Carimi, six ans après sa dissolution. Le concert a été interrompu et la salle a ensuite été évacuée, selon plusieurs témoignages.

Pluie d’hommages

Dès samedi soir, les stations de radio et les discothèques en Haïti ont commencé à faire tourner en boucle les chansons de l’artiste, diffusant des émissions spéciales pour lui rendre hommage. « C’est une grande référence de la musique haïtienne qui vient de s’éteindre. Le pays et la jeunesse haïtienne ont perdu une belle âme« , a tweeté dimanche le Premier ministre haïtien, Ariel Henry.

Né à Port-au-Prince en 1981 le fils du chanteur Lionel Benjamin était chanteur, compositeur et producteur. Mikaben avait interprété plusieurs morceaux à succès avec le groupe Carimi, notamment Baby I Missed You ou Fanm sa Move.

Après l’annonce de sa mort, les réactions ont aussi enflammé les réseaux sociaux. La star internationale Wyclef Jean a rendu hommage au chanteur et regretté qu’il soit « parti trop tôt » dans un message publié sur Twitter. L’ancien Premier ministre haïtien Jean-Henry Céant a salué « l’un des plus talentueux fleurons de sa génération d’artistes« .

« Un coup dur pour le pays »

À Port-au-Prince, la chanteuse Tamara Suffren a elle estimé que ce décès était « un coup dur pour le pays« , Mikaben faisant partie du « patrimoine » d’Haïti. Ce concert des retrouvailles de Carimi à Paris « se présentait comme le grand moment de l’année et même de l’histoire de la musique haïtienne« , a souligné Frantz Duval, rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste et directeur de publication de Ticket Magazine. En mourant sur scène, Michael Benjamin « rentre dans l’Histoire. Mika a tout donné à la musique« , a-t-il ajouté.

Source: Lire L’Article Complet