Musique : "On ne devient pas contre-ténor, on l’est", confie Philippe Jaroussky

« Cette voix de contre-ténor fait référence à la jeunesse, à la voix d’enfant. Puis on apprend avec la technique à développer la puissance, parce que l’on joue beaucoup sans micro. Tous les matins, je m’entraîne, pour garder la flexibilité », confie l’artiste lyrique Philippe Jaroussky, invité du 23 Heures de franceinfo.

« La voix de contre-ténor ne se réduit pas au répertoire des castrats« 

« Est-ce que tu as imaginé que tu aurais ce destin et que tu deviendrais en quelque sorte l’incarnation du renouveau du chant baroque ?« , lui demande Stéphane Bern. « Je ne pensais pas que j’allais être dans toutes les plus grandes scènes. D’ailleurs c’était difficile au début de chanter dans des grandes salles. Mais j’ai toujours su que j’étais contre-ténor. Je pense que l’on ne devient pas contre-ténor, on l’est », confie Philippe Jaroussky.

Philippe Jaroussky vient de publier un nouveau disque en compagnie du guitariste Thibaut Garcia, « A sa guitare », (Erato). « J’étais très intégriste baroque quand j’ai commencé et puis petit à petit je me suis rendu compte que peut-être c’était intéressant d’ouvrir le répertoire. […] Il y a probablement une volonté de convaincre que la voix de contre-ténor ne se réduit pas au répertoire des castrats, à la musique baroque », conclut Philippe Jaroussky.

Source: Lire L’Article Complet