Cédric Jubillar était "totalement terrorisé" lorsque la police est arrivée le soir de la disparition de Delphine

L’une des avocates de Cédric Jubillar, Me Emmanuelle Franck, a tenu à rappeler que Cédric Jubillar n’était pas considéré comme un suspect les premiers jours qui ont suivi la disparition de sa femme…

L’affaire Jubillar continue d’être une énigme. Et pour cause, Delphine Jubillar, volatilisée dans la nuit du 15 au 16 décembre, n’a toujours pas été retrouvée. Près de neuf mois après cette disparition, tous les regards sont désormais braqués vers son époux, Cédric Jubillar.

Considéré comme le suspect numéro et mis en examen pour « meurtre aggravé sur conjoint », l’artisan peintre en détention provisoire depuis juin dernier clame son innocence depuis le début de cette affaire. Dans l’émission Crimes, diffusée sur NRJ 12, son avocate a d’ailleurs tenu à rappeler que Cédric Jubillar n’était pas suspecté par la police il y a plusieurs mois : “Les gendarmes arrivent, ils sont face à un homme qui est terrorisé, affolé, qui a appelé les services de gendarmerie à 4 heures 09 du matin”, a expliqué maître Emmanuelle Franck en évoquant cette fameuse nuit où Delphine Jubillar s’est envolée. “Ils ont devant eux, un homme qui est particulièrement anxieux et totalement terrorisé, ils n’ont pas le sentiment d’avoir affaire à un suspect. Ce n’est qu’après qu’il sera désigné comme coupable”, rappelle l’avocate du prévenu.

Dans l’une des quatre lettres envoyées par Cédric Jubillar à ses proches et révélées par nos confrères de BFM TV, le père de famille continue de nier la moindre implication dans la disparition de Delphine : “Je ne comprends pas qu’ils continuent à chercher sur moi, ils ne comprennent pas que je n’ai rien fait, que je suis innocent”, écrit-il.

Lisa Ziane

À voir aussi : 

Source: Lire L’Article Complet