Tout savoir sur l’épilation définitive

Pour celles qui se lassent de la cire et autres méthodes d’épilation éphémères, on vous dit tout sur l’épilation longue durée plus connue sous le nom d’épilation définitive.

Si certaines assument leur pilosité et ne souhaitent pour rien au monde se débarrasser de leur duvet, d’autres rêvent d’une peau ultra-lisse et sans poils. Pour arriver à ce résultat, de nombreuses techniques d’épilations sont disponibles aujourd’hui. Et l’une d’elles pose plus de questions que les autres : l’épilation définitive. Isabelle Rousseaux, responsable de la formation des assistants dermatologues au SNDV (Syndicat National des Dermatologues et Vénéréologues) fait le point avec nous sur cette méthode qu’elle préfère appeler « épilation longue durée » (4 à 6 semaines au début et plusieurs mois après quelques séances) car nous ne sommes jamais à l’abri d’une légère repousse.  

Lire aussi : C’est mon histoire : “J’ai décidé d’arrêter de m’épiler”

Quelle est la meilleure épilation définitive ?

L’épilation au laser

Pratiquée par un médecin dermatologue (ou son assistant diplômé), l’épilation laser, comme son nom l’indique, consiste à pointer un rayon lumineux sur le poil dans le but de le brûler à la racine. Mais comment ça marche ? Grâce à sa longueur d’onde très précise, le rayon cible le bulbe du poil. Le poil, lui, absorbe la lumière qui se transforme ensuite en chaleur. Il chauffe et finit par brûler. Les fonctions du follicule pileux sont alors endommagées, ce qui empêche (plus ou moins) la repousse.

Lire aussi : Comment ralentir la repousse de mes poils ?

Plusieurs lasers sont disponibles en fonction de votre type de peau, autrement dit votre phototype :

– Le laser Alexandrite : Convient aux phototypes 1, 2 et 3, autrement dit aux peaux claires et très claires.

– Le laser NdYAG : Convient à tous les types de peau. On l’utilise davantage pour les phototypes 4, 5 et 6 (peaux bronzées, mates, foncées et noires) car sa longueur d’onde est non-spécifique de la mélanine et devient donc indispensable pour épiler les peaux pigmentées sans danger. Celui-ci nécessite plus de séances que le laser Alexandrite.

– Le laser diode : Convient aux phototypes 1 à 5, autrement dit des peaux claires à mates. Moins douloureux, il nécessite, lui aussi, plus de séances.

L’épilation à la lumière pulsée

L’épilation à la lumière pulsée – aussi appelée lampe flash – se rapproche des caractéristiques du laser grâce aux filtres qu’on lui ajoute. Son faisceau lumineux est également absorbé par le pigment du poil et crée une micro-brûlure qui va détruire le poil en plus d’altérer le follicule pileux et freiner la repousse. « Elle est cependant plus diffuse donc un peu moins précise, explique l’experte. Autrement dit, il faudra un peu plus de séances qu’avec le laser ». Elle se pratique en cabinet médical ou dans les instituts de beauté spécialisés.

Quelles zones du corps sont concernées par l’épilation définitive ?

Vidéo: EXCLU – Gilles Platret des Républicains: “Le problème dans les mariages ce sont les gens venus d’Afrique du Nord” (Dailymotion)

Quelle que soit la technique choisie, toutes les zones pileuses sont concernées par l’épilation définitive, visage et corps confondus. On peut classer les zones d’épilation en trois catégories : les petites zones (aisselles, lèvre, menton, bande du ventre, orteils et pieds) ; les grandes zones (avant-bras, demi-jambes et cuisses) et enfin les zones sensibles (maillot et sillon inter-fessier). Le temps de la séance varie en fonction de la méthode choisie mais surtout de la surface de la zone à épiler. Comptez 5 minutes pour la lèvre, 15 minutes pour une épilation des aisselles et 30 à 45 pour les demi-jambes par exemple.

Parole de pro : « Notons que plus le poil est noir et épais, plus le résultat est longue durée. En effet, l’épilation « définitive » n’est pas efficace sur les poils blancs puisque le faisceau lumineux est capté par la mélanine du poil et que par définition un poil blanc n’en détient pas. Elle est également proscrite pour les duvets au risque de provoquer ce que l’on appelle l’hyperpilosité paradoxale qui produit l’effet inverse : le duvet éliminé repousse en poils noirs et drus ». Prudence donc !

Quel rythme entre chaque séance d’épilation ?

Les premiers résultats apparaissent entre 6 et 10 séances selon votre type de peau et la méthode choisie.

Parole de pro : « Il n’y a pas de science exacte en termes d’épilation longue durée. On espace les séances de 4 à 8 semaines en les répartissant sur l’année en fonction du rythme des repousses. Une fois le résultat obtenu, il est possible de faire des retouches une fois par an ».

L’épilation définitive, est-ce que ça fait mal ?

Étant donné que ces méthodes ont pour but de brûler le poil à la racine, il est possible de ressentir un inconfort lors de la séance. Mais rien d’insurmontable, rassurez-vous !

Parole de pro : « Cela dépend de la sensibilité de chacun, mais il est, en effet, possible que la personne ressente une sensation de picotement et de brûlure légère sur la zone traitée. Les premières séances sont plus sensibles, pensez à bien hydrater votre peau après la séance pour calmer l’échauffement ».

Lire aussi : Soins hydratants : quelles nouveautés pour hydrater ma peau

Qui peut faire une épilation définitive ?

Si tout le monde peut avoir recours à l’épilation définitive, il y a quelques précautions à prendre avant de sauter le pas.

Quel âge pour une épilation définitive ?

Parole de pro : « Si la patiente présente une autorisation parentale, nul besoin d’attendre 18 ans pour sauter le pas. Néanmoins, pour les plus jeunes, l’épilation définitive ne peut se faire qu’après la puberté ».

Les contre-indications de l’épilation définitive

On ne se lance pas dans une épilation définitive tête baissée. D’ailleurs, aucun expert qualifié ne la pratique sans un diagnostic préalable. Questionnaire et examen de la peau sont dont primordiaux. Mais pourquoi ?

Parole de pro : « Premièrement, il est impératif d’examiner les grains de beauté sur la zone à épiler. On ne passe pas le laser ou la lumière pulsée sur des grains de beauté présentant des particularités (foncés, irréguliers, difformes, etc). Deuxièmement, pour voir si dérèglement hormonal, il y a. Dans ce cas, l’épilation définitive n’est pas une contre-indication mais un traitement vient en complément du processus. Troisièmement, pour déterminer quelle technique est la plus appropriée en fonction de votre type de peau. Enfin, et pas des moindres, l’épilation définitive n’est pas contre-indiquée pour les femmes enceintes mais il est judicieux d’attendre la fin de la grossesse avant de se lancer dans l’aventure ».

Source: Lire L’Article Complet