Louis Vuitton signe un cerf-volant à 10.400 dollars

Tiré de sa collection homme printemps-été 2020, le cerf-volant Louis Vuitton affole déjà la Toile.

Tout comme le prêt-à-porter, les accessoires permettent aux marques de mode, saison après saison, de rivaliser d’originalité. On a en mémoire la gamme de préservatifs lancée par la maison Saint Laurent à la fin de l’année 2019. De son côté, la maison Dior dévoilait un an plus tard sa première poussette ultra luxe, suivi par Balenciaga et sa basket «importable». En pleine période de fêtes, c’est maintenant au tour de Louis Vuitton de créer la surprise avec un objet qui fait déjà le buzz sur les réseaux sociaux : un cerf-volant, proposé à la vente pour 10.400 dollars (ou à 7050 euros).




«Ce cerf-volant Monogram est un cadeau incontournable pour les amoureux de plein air», explique la maison sur sa boutique en ligne. Dans le détail, l’objet en nylon technique est imprimé du célèbre Monogram continu de Louis Vuitton, et se range dans un boîtier – lui aussi estampillé du logo de la maison. Présenté pour la première fois lors du défilé Louis Vuitton Homme printemps-été 2020 par Virgil Abloh, cet accessoire de jeux aériens à plusieurs milliers d’euros affole déjà Twitter. «Volez haut avec le cerf-volant Louis Vuitton à 10,000 dollars si vous n’avez pas vraiment besoin d’argent », tweete un internaute.

Un “Art de vivre” pur luxe

Louis Vuitton doit-elle son statut de marque de mode la plus recherchée sur Google en 2020 grâce à sa gamme d’accessoires et goodies luxueux ? Car la maison, qui ouvrait son premier atelier place Vendôme début 1850, n’en est pas à son premier coup d’essai. Début décembre, elle présentait sa Pillow Boot, une «bottine oreiller» tirée de sa collection femme printemps-été 2021. Et l’e-shop de Louis Vuitton n’est pas en reste : dans la rubrique «Art de vivre», on peut y trouver une peluche à 870 euros, un Solitaire à 1310 euros, ou encore un Baby-Foot logotypé d’une valeur de 55.000 euros. Les acheteurs de ces éditions limitées diront sans doute que cultiver son âme d’enfant, ça n’a pas de prix.

Source: Lire L’Article Complet