Voyage annulé : comment se faire rembourser un avoir ? Les conseils de 60 Millions de consommateurs

Comment récupérer son argent lorsque son départ en vacances est annulé par l’agence de voyage ou qu’on ne peut pas honorer son séjour ? Voici tout ce que vous devez savoir sur les avoirs.

Restez informée

Voilà plus d’un an et demi que nous vivons avec la pandémie de Covid-19. Outre son impact considérable sur les secteurs des loisirs, du divertissement et de la restauration, il a également grandement atteint le secteur aérien. Entre les frontières fermées et les changements à répétition des politiques d’entrée pour les voyageurs étrangers, nombre de touristes et autres voyageurs ont vu leurs billets d’avion et séjours annulés à la dernière minute. Sauf que, problème : les agences de voyages, compagnies aériennes et locations touristiques peinent à rembourser les clients et émettent des avoirs à la place. 60 millions de consommateurs nous explique comment procéder pour récupérer cet argent.

Près de 800 millions d’euros d’avoirs à rembourser

En raison de l’explosion de la pandémie et donc de l’immobilisation de nombreuses populations à travers le monde, les acteurs du tourisme ont émis des millions d’avoirs. Sauf que sans entrée d’argent, impossible de rembourser la clientèle qui est trop nombreuse. Ces avoirs ont été autorisés à être mis en place par les agences de voyages et les hébergements de vacances dans l’ordonnance du 25 mars 2020. Une dérogation qui n’est pas illimitée dans le temps puisque les concernés ont 18 mois maximum pour effectuer un remboursement de la somme intégrale investie dans la réservation du voyage. À ce jour les entreprises de voyage estiment à 700 ou 800 millions d’euros le nombre d’avoirs à rembourser. L’échéance de 18 mois devrait être atteinte pour les premiers clients concernés par la dérogation depuis le printemps dernier à compter de la fin du mois de septembre 2021.

Les compagnies aériennes dans l’illégalité

Si les agences de voyages et les locations touristiques ont été autorisées à émettre des avoirs, ce n’est pas le cas des compagnies aériennes. Ces dernières le font, mais sont en réalité dans l’illégalité. Comme le rapporte 60 millions, elles n’avaient en aucun cas le droit d’imposer aux usagers un avoir à la place du remboursement d’un billet d’avion annulé. C’est pourtant ce qu’ils ont fait pendant toute la période de mise à l’arrêt des avions. Un an après le premier confinement strict, des milliers de voyageurs attendent encore de récupérer l’argent investi dans un trajet qu’ils n’ont jamais pu effectuer. Pourtant, selon Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du voyage (EDV), “la reprise d’activité est là. Les gros acteurs ont tous la capacité de rembourser“. Par contre, si un billet a été réservé auprès d’une petite compagnie qui est en faillite, il n’est pas couvert par une garantie. Ce qui implique qu’en cas de fermeture de l’entreprise, les billets d’avion achetés seuls ne seront jamais remboursés. Heureusement, les faillites sont pour l’heure en nombre limité.

Comment se faire rembourser un avoir ?

Les agences de voyages et les hébergements ont donc en tout 18 mois pour rembourser les avoirs. Il peut arriver qu’ils proposent aux voyageurs de les prolonger. Ces derniers peuvent décliner la proposition. À l’issue de cette période, ils sont tenus de vous rembourser de manière automatique, sans que vous ayez de démarches à faire. Le délai de 18 mois démarre à partir de l’établissement de l’avoir, ou de la proposition d’un voyage de remplacement et non de la réservation ou de l’annulation du billet d’avion. Si le remplacement n’est pas effectué dans les temps ou que le professionnel refuse de vous rembourser sous deux mois, vous pouvez saisir le médiateur du tourisme et du voyage pour ouvrir un litige. L’action est totalement gratuite et permet de parvenir à un accord à l’amiable. Dans les cas des compagnies aériennes, vous pouvez également saisir le médiateur. Mais sachez que ce dernier ne pourra rien faire si vous avez acheté vos billets auprès d’une compagnie étrangère.

Source: Lire L’Article Complet