Voitures, électroménagers, bouteilles de vin… ces produits du quotidien menacés de pénurie en France

Certains aliments, appareils électroniques, électroménagers et certaines matières premières se font rares dans les magasins. La liste des produits concernés grossit de jour en jour. Notre quotidien et les apéros seront-ils chamboulés ?

La liste s’allonge. Entre la sécheresse, la guerre en Ukraine et les problèmes d’acheminements de matières premières, les stocks de nombreux produits du quotidien sont en péril. L’huile de tournesol, la moutarde, les pâtes, la farine et les œufs manquent déjà à l’appel dans les rayons. D’autres produits alimentaires et équipements électroniques s’exposent à des délais de livraison allongés, une hausse des prix et risquent même d’être complètement indisponibles dans les prochains jours. Voici tous ceux qui risquent d’être concernés. Pour éviter les pénuries, les professionnels des magasins d’approvisionnement recommandent de ne pas se jeter sur les derniers stocks mais de n’acheter que les quantités nécessaires.

⋙ Pénurie : découvrez nos idées de recettes sans huile de tournesol !

Lave-vaisselle, téléviseur, cafetière… les équipements électroniques et électroménagers se font rares

Lave-vaisselle, tondeuses, réfrigérateurs, machines à café, bouilloires, cafetières, fours, plaques de cuisson, ordinateurs, consoles de jeux vidéo… Presque tous les électroménagers et appareils fonctionnant avec des composants électroniques sont en rupture de stock dans les magasins spécialisés. Impossible de passer commande en ligne pour les acheteurs et de se réapprovisionner pour les vendeurs. Et ce n’est pas une question de marque des appareils. En cause : des conteneurs entiers bloqués en Asie, l’arrêt d’usines en Chine pour la stratégie « zéro covid » et une explosion de la demande alors que les chaînes de production peinent à reprendre leur rythme d’avant Covid. Rappelons que la désorganisation de la chaîne logistique mondiale menace depuis fin 2021, d’où la pénurie de certains jouets à Noël. Les nouvelles gammes qui remplacent les anciennes, arrêtées, sont les plus touchées par ces pénuries.

Les bouteilles de vin bientôt indisponibles

Alors que la saison de l’embouteillage de la cuvée 2021 débute, les vignerons sont dans l’incertitude. Impossible de le faire sans l’opercule métallique qui recouvre le haut de la bouteille et encore moins sans les bouteilles elles-mêmes. Pourtant, ces deux composantes d’une bouteille de vin se font rares. L’aluminium qui compose les capsules thermorétractables est principalement fabriqué en Russie et le verre en Ukraine… Alors en pleine guerre, les délais de livraison sont sans fin.

Impossible de passer commande pour une nouvelle voiture et plus cher d’acheter un véhicule d’occasion

Tesla, Volkswagen, BMW… La liste des marques concernées par une pénurie de matières premières nécessaires à la construction de leurs voitures ne désemplit pas. La majorité des véhicules concernés sont électriques car leurs câbles de recharge, le nickel et l’aluminium nécessaires à la fabrication des batteries sont quasi introuvables. Depuis 2020, tout le secteur est chamboulé et en 2022, la guerre en Ukraine ne fait qu’aggraver la situation. Certains constructeurs prévoient de refuser les nouvelles commandes tant que des délais de livraison décents ne pourront pas être respectés.

Le marché de l’occasion n’est guère en meilleur état. Pour pallier la difficulté d’acheter une nouvelle voiture, les consommateurs se ruent dessus, entraînant alors une raréfaction de l’offre et une augmentation des prix de vente.

Le sarrasin manque

Les Bretons vont pleurer leurs galettes de sarrasin. Les exportations de cette farine proviennent à un tiers d’Ukraine et une autre part de Chine. Alors, entre la hausse des prix des transports et la guerre entre l’Ukraine et la Russie, les minotiers peinent à fabriquer leur farine de blé noir.

Le blé en danger

Cette fois-ci, la guerre en Ukraine n’a rien à voir avec la pénurie de blé redoutée par la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles). La météo clémente en ce mois de mai entraîne une sécheresse inquiétante. Si le blé manque d’eau, sa récolte sera largement inférieure et le mois de mai est stratégique dans son développement. Ses grains doivent se gorger d’eau et d’engrais pour grossir.

3,8 % d’inflation du secteur alimentaire en avril

Preuve que le prix des produits alimentaires en pénurie augmente, l’INSEE estime l’inflation du secteur à 3,8 % en avril. Les produits les moins transformés sont ceux qui en souffrent le plus. Mais tous ceux qui manquent à l’affiche pourraient voir leur prix augmenter, y compris les produits alimentaires transformés qui contiennent ceux concernés par la pénurie. C’est notamment pour cette raison que les fabricants sont autorisés à modifier certaines recettes.

Source: Lire L’Article Complet