Vertiges, malaises : les différentes causes possibles

Etourdissements, sensation d’instabilité, apathie soudaine… Bien que courants et souvent bénins, ces troubles ne doivent pas être pris à la légère.

Restez informée

Une personne sur sept a déjà été prise de vertiges. Cette sensation désagréable, qui constitue l’un des motifs les plus fréquents de consultation, est source d’inquiétude car tout semble vaciller autour de soi. Ses origines peuvent être multiples qu’il s’agisse de vrais vertiges – impression que le paysage tourne comme un manège – ou de “faux vertiges”, sentiment d’être dans le brouillard avec une perte d’équilibre, que les médecins appellent lipothymie. Bien qu’impressionnants, ces malaises se révèlent souvent sans gravité. Beaucoup sont dus à une sensibilité accrue au stress : la tête tourne suite à une respiration trop rapide qui fait chuter la quantité de gaz carbonique dans le sang (crise de spasmophilie). Mais si les tournis se répètent, persistent ou s’accompagnent d’autres symptômes (nausée, douleurs…), il faut en parler à son médecin pour identifier la cause et la traiter au plus vite.

La tête qui tourne au réveil : sûrement des chutes de tension

Lorsqu’on se lève brutalement, le sang tend à s’accumuler dans les jambes du fait de la gravité. La circulation se rééquilibre normalement en une fraction de seconde. Mais si la pression sanguine ne se rétablit pas tout de suite, le cerveau se retrouve en léger manque d’oxygène et l’étourdissement apparaît. Si cette faiblesse survient chaque matin au saut du lit ou lorsque vous vous levez brusquement d’une chaise, vous souffrez probablement d’hypotension orthostatique, c’est-à-dire d’une forte chute de la pression artérielle lorsque vous passez en position debout.

Que faire ? Levez-vous en douceur, en restant quelques minutes assis sur le lit avant de vous redresser. Parlez de ce trouble à votre médecin traitant afin qu’il contrôle votre tension artérielle allongé puis debout : un écart de plus de 2 points témoigne d’une hypotension orthostatique. Elle peut résulter d’un mauvais retour veineux qui favorise la stagnation du sang en bas du corps, d’une hémorragie passée inaperçue ou d’un dosage inadapté de certains médicaments. Attention : des vertiges au réveil avec des maux de tête peuvent, à l’inverse, être le signe d’une hypertension artérielle.

Grande faiblesse après une exposition au soleil : une insolation probable

En été, un coup de chaud et un malaise sont vite arrivés. A force de s’exposer au soleil, la température grimpe, on se déshydrate et on perd des sels minéraux. Résultat : un état de faiblesse générale apparaît, avec parfois des troubles de la vue, des nausées, des migraines, des crampes musculaires, une brusque agitation et même l’impression qu’on va tomber dans les pommes. Les jeunes enfants et les personnes âgées sont les plus à risque, mais les sportifs et les diabétiques sont également vulnérables.

Que faire ? Pour éviter l’insolation, protégez votre tête du soleil (chapeau, parasol…), ne vous exposez pas entre 12 h et 16 h et buvez régulièrement de l’eau même si vous n’avez pas soif (un verre par heure minimum).

Ça tangue avant l’heure des repas : gare à l’hypoglycémie

Un manque soudain de sucre dans le sang peut donner les mains moites, la tête qui tourne et des difficultés à se concentrer sur une activité. Certains redoutent de s’évanouir mais “une vraie crise d’hypoglycémie avec perte de connaissance est rare, explique le médecin urgentiste Loïc Etienne, hormis chez les patients diabétiques dont le traitement est mal équilibré“.

Que faire ? Le meilleur réflexe est de manger. Pour éviter les hypoglycémies de fin de matinée, un réajustement alimentaire est nécessaire. Oubliez les petits-déjeuners à la française à base de pain et de confiture, qui génèrent un pic d’insuline et des hypoglycémies réactives quelques heures après. Mieux vaut miser le matin sur du gras et des protéines (œufs au bacon, fromage…). Et contre les pertes d’énergie l’après-midi, prévoyez une collation sucrée (fruit, compote…).

Vue troublée et perte d’équilibre : des migraines possibles

La migraine peut induire des vertiges lorsqu’elle implique des zones du cerveau en lien avec l’oreille interne“, observe le Dr Levy. Dans ce cas, l’étourdissement apparaît juste avant ou en même temps que le mal de tête. Une migraine ophtalmique, avec des auras visuelles, peut également provoquer un effet de tangage.

Que faire ? Consulter votre généraliste qui pourra vous prescrire des anti-migraineux et des médicaments contre la nausée si nécessaire.

Emotion forte suivie d’une chute : c’est un malaise vagal

Une altercation inattendue, une angoisse dans la foule ou un stress avant un rendez-vous important… Tout va alors très vite : vous commencez à avoir chaud, l’étourdissement gagne et vos jambes vous lâchent. Ce malaise dit vagal résulte d’un emballement du nerf vague, qui va de l’estomac jusqu’au cœur puis au cerveau. Lorsqu’il est trop stimulé par des émotions envahissantes, ce nerf provoque des chutes de tension, un ralentissement du rythme cardiaque, une faiblesse musculaire et parfois des pertes brèves de connaissance. Contrairement au malaise cardiaque, beaucoup plus brutal, on sent arriver un malaise vagal.

Que faire ? Dès les premiers signes, allongez-vous et mettez vos jambes en l’air, contre une chaise ou un mur, pour faire remonter le sang vers le cœur, puis respirez calmement. En cas de malaises à répétition, consultez un cardiologue pour vérifier l’absence d’anomalies du rythme cardiaque ou d’une insuffisance coronarienne.

Sensation d’ébriété : et si c’était un médicament ?

Nombre de médicaments peuvent engendrer des sensations vertigineuses, signale le Dr Daniel Levy, notamment chez les personnes âgées”. C’est surtout le cas des somnifères, des anxiolytiques et des antidépresseurs. Des diurétiques et les traitements contre l’hypertension artérielle sont aussi capables d’induire de tels effets secondaires.

Que faire ? Si la gêne est importante, parlez-en à votre médecin. Un changement de prescription pourra être envisagé.

Un mouvement de tête et tout se met à valser : le vertige rotatoire

Si c’est toujours du même côté, les petits cristaux de l’oreille interne sont en cause. Devenus flottants, ils envoient des messages confus au cerveau qui ne parvient plus à situer le corps dans l’espace. “La pièce semble tourbillonner autour de vous comme si vous étiez dans le tambour d’une machine à laver, précise le Dr Daniel Levy. Ce vertige rotatoire ne dure que quelques secondes et s’accompagne de mouvements involontaires des yeux”.

Que faire ? Une consultation chez un ORL spécialisé s’impose. S’il s’agit bien d’un vertige positionnel paroxystique bénin, une petite manœuvre sur la table d’examen va repositionner correctement les cristaux turbulents dans le labyrinthe de l’oreille. En revanche, des vertiges rotatoires qui durent plus de 20 minutes associés à des bourdonnements peuvent signaler une maladie de Ménière due à une surpression dans l’oreille interne. Pour réduire les symptômes, une rééducation du vestibule de l’oreille est indiquée.

Un trop-plein de beauté ?

Certains vertiges surviennent spécifiquement en vacances à l’étranger, lorsqu’on est submergé d’émotions après la visite de plusieurs musées. Connus sous le nom de “syndrome de Stendhal”, ils résultent d’un sentiment d’exaltation qui accélère le cœur et la respiration. La fatigue et la chaleur jouent aussi sûrement un rôle. Mais pas de panique, tout rentre dans l’ordre une fois rentré chez soi, selon l’assureur Allianz Travel.

Après une croisière, difficile retour sur la terre ferme

Le corps a parfois du mal à se réadapter au plancher des vaches après plusieurs jours sur un bateau. Ce “mal du débarquement” ne dure souvent qu’un jour ou deux, le temps que l’oreille interne retrouve son équilibre. Mais il peut persister plus d’une semaine si la mer a été démontée.

L’avis de l’expert

Dr Loïc Etienne, médecin urgentiste, auteur de Les sorciers du futur (éd. Marabout).

Un vertige isolé, sans autres symptômes associés, n’est pas inquiétant. En revanche, un vertige accompagné de vomissements, d’un mal de tête violent, de sueurs froides, d’une perte de connaissance, d’un trouble de la parole ou d’une paralysie d’un côté du corps doit alerter et conduire à appeler le SAMU : composez le 15 avec un téléphone fixe ou le 112 avec un téléphone portable. Ces signes peuvent en effet annoncer un accident vasculaire cérébral (AVC). Un étourdissement important assorti de douleurs thoraciques doit également pousser à consulter en urgence car il peut signaler un problème cardiaque ou vasculaire (infarctus, embolie pulmonaire…). Une douleur dans le bras gauche, la mâchoire ou le ventre peut aussi être présente, mais pas systématiquement“.

A lire aussi :

⋙ Tête qui tourne : quelles sont les différentes causes possibles ?

⋙ Vertiges : les solutions douces pour s’en débarrasser

⋙ Vertiges : quand faut-il consulter ?

Source: Lire L’Article Complet