Vaccins anti-Covid : que sait-on de leur efficacité contre les différents variants du virus ?

Environ 11 millions de Français ont reçu une première injection d’un vaccin anti-Covid selon la plateforme Covid Tracker. Quatre sérums sont désormais disponibles en France : le Pfizer/BioNTech, le Moderna, l’AstraZeneca et le Janssen. Face aux variants du coronavirus, ces sérums conservent-ils leurs effets protecteurs ?

Restez informée

La circulation des variants de la Covid-19 inquiète les autorités sanitaires. Le variant britannique est particulièrement présent sur le territoire français. Cette mutation représente plus de 81,9% des contaminations selon le dernier bulletin épidémiologiste de Santé Publique France.

Deux autres variants circulent également en France : les souches sud-africaine et brésilienne. La propagation des variants soulève de nombreuses interrogations, notamment sur l’efficacité des vaccins. Dans un communiqué de presse, la Haute Autorité de Santé (HAS) a affirmé que les vaccins contre la Covid-19 disponibles en France sont efficaces contre le variant anglais. Mais est-ce le cas pour les autres souches ?

Le vaccin Pfizer/BioNTech protège-t-il des variants ?

En janvier dernier, les laboratoires Pfizer et BioNTech assuraient que leur vaccin était majoritairement efficace contre les variants. Le 26 mars dernier, l’Institut Pasteur a publié les résultats d’une étude portant sur la résistance des anticorps conférés après une infection au virus ou une injection du sérum Pfizer/BioNTech contre les variants britannique et sud-africain. Les résultats des travaux ont été publiés dans la revue Nature Medicine.

D’après les conclusions, le vaccin protège à 80% du variant britannique et de la souche classique du coronavirus une semaine après l’injection de la seconde dose. En revanche, l’efficacité du sérum Pfizer/BioNTech diminue à 60% contre le variant sud-africain.

Des résultats similaires à ceux d’une recherche israélienne. Cette étude menée par l’université de Tel Aviv et Clalit (Israël) a également suggéré que le produit de Pfizer/BioNTech était moins efficace contre les souches sud-africaine et britannique. Cette étude a cependant été pré-publiée sur la plateforme medRxiv, et elle est en attente de validation par un comité de pairs. Ces conclusions sont donc à prendre avec du recul.

Le 25 février dernier, les laboratoires Pfizer et BioNtech avaient annoncé le lancement d’une nouvelle étude. Le but ? Évaluer l’efficacité d’une troisième dose de sérum contre les variants du virus. Pour cette recherche, ils feront appel aux 144 volontaires qui avaient participé à la phase 1 de leur essai clinique mené aux États-Unis. Ces derniers ont “reçu 6 à 12 mois auparavant les deux doses de l’étude de phase 1″ peut-on lire dans un communiqué.

Variants de la Covid-19 : le sérum Moderna est-il efficace ?

Comme le vaccin Pfizer/BioNTech, le sérum Moderna utilise la technique de l’ARN messager. Selon l’Inserm, ce dispositif consiste à “laisser nos cellules fabriquer elles-mêmes le composant contre lequel notre organisme va se défendre“. Des chercheurs du Massachusetts General Hospital de Boston (MGH) ont cependant indiqué que les vaccins à ARN messager “étaient significativement moins efficaces” contre les variants notamment le brésilien. Ces résultats ont été dévoilés dans la revue scientifique The Cell.

En janvier, le laboratoire Moderna avait indiqué que la souche sud-africaine réduisait par six les niveaux d’anticorps neutralisants conférés par le vaccin. Pour y faire face, les équipes du laboratoire avaient donc décidé de concevoir une nouvelle version du sérum adaptée à la souche sud-africaine.

“En tirant parti de la flexibilité de notre technologie ARNm, nous nous empressons de tester les modifications des vaccins qui luttent contre les nouvelles variantes du virus. Moderna s’engage à effectuer autant de modifications de notre vaccin que nécessaire jusqu’à ce que la pandémie soit sous contrôle”, avait déclaré Stéphane Bancel, directeur général de Moderna. Pour l’heure, les premières doses de ce vaccin modifié ont été envoyées aux National Institutes of Health (NIH) pour un essai clinique de phase 1.

Le vaccin AstraZeneca fonctionne-t-il sur les variants du coronavirus ?

Dans un avis publié le 9 avril, la HAS a recommandé d’utiliser uniquement les vaccins à ARN messager dans les départements français où le variant sud-africain circule activement. Les zones concernées par ces recommandations sont la Moselle, la Guyane, la Réunion et Mayotte. “Le variant dit “sud -africain” diffuse à un niveau nettement inférieur, estimé à moins de 20 % actuellement dans tous les autres départements, ce qui ne justifie pas de mettre en place, à ce stade, de stratégie différenciée de recours aux vaccins dans d’autres territoires”, a précisé l’organisme.

Une étude de l’université du Witwatersrand à Johannesburg (Afrique du Sud) avait observé que le vaccin AstraZeneca n’était efficace qu’à 22% contre les formes modérées du variant sud-africain. Au moment de la publication, les scientifiques ne connaissaient pas son efficacité contre les formes graves. Selon les scientifiques, ce sérum a garanti uniquement une “protection limitée contre les formes modérées de la maladie dues au variant sud-africain chez les jeunes adultes.”

Le vaccin Janssen est-il efficace contre les variants ?

Lundi 12 avril, 200.000 doses du sérum Janssen ont été livrées en France avec une semaine d’avance. Il s’agit du quatrième vaccin contre la Covid-19 disponible sur le territoire français. Ce nouveau sérum offre-t-il une protection suffisante contre les variants du virus ? Il conserverait ses effets protecteurs contre les mutations, selon le laboratoire Johnson & Johnson.

Dans un communiqué, l’entreprise avait déclaré que le niveau de protection conféré par son sérum était “généralement uniforme (…) dans toutes les variantes et régions étudiées, y compris en Afrique du Sud où presque tous les cas de Covid-19 (95%) étaient dus à une infection par un variant du SARS-CoV-2.”

Selon l’OMS, le vaccin Janssen est efficace contre les variants de la Covid-19. Son utilisation est notamment recommandée “dans les pays où la propagation des variants est élevée et dans les pays où nous disposons maintenant d’informations sur l’utilisation de ce vaccin pour contrôler le Sars-Cov-2 causé par ces variants”, d’après Alejandro Cravioto, président du groupe d’experts de l’OMS sur la vaccination.

Source: Lire L’Article Complet