Vaccination des enfants : pourquoi l’ONU redoute une "catastrophe absolue"

23 millions d’enfants n’ont pas reçu les trois doses du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTP3) en 2020. C’est ce que révèle l’ONU, qui redoute des flambées épidémiques et qui tire la sonnette d’alarme. Explications.

Restez informée

La pandémie mondiale de Covid-19 a entraîné un recul de la vaccination infantile. C’est ce qu’a révélé le 15 juillet l’Organisation des Nations unies (ONU), qui alerte sur les risques de “catastrophe absolue”, comme le souligne la docteure Kate O’Brien, directrice du département Vaccination à l’Organisation mondiale de la santé à Genève.

A l’origine de ce phénomène alarmant ? Des ressources et du personnel détournés pour lutter contre la Covid-19. “Il y a eu des perturbations importantes dans la prestation des services de vaccination dans de nombreuses régions du monde”, précise l’ONU. Face à ce retard, l’organisation internationale tire la sonnette d’alarme.

17 millions d’enfants n’ont eu aucun vaccin en 2020

En 2020, 23 millions d’enfants n’ont pas reçu les trois doses du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTP3). Une hausse de 3,7 millions par rapport à 2019. Il s’agit également du nombre le plus élevé d’enfants non-vaccinés depuis 2009.

Au total, environ 17 millions d’enfants n’ont probablement pas reçu un seul vaccin au cours de l’année. La majorité d’entre eux vivent dans des zones de conflits, des lieux reculés ou encore des bidonvilles.

Parmi les territoires les plus concernés par ce recul de la vaccination, on retrouve l’Inde, où la couverture du DTP-3 est passée de 91 % à 85 %, mais aussi les Amériques, où 82 % des enfants sont complètement vaccinés avec le DTC, contre 91 % en 2016.

“La multiplication des flambées épidémiques serait catastrophique”

Si le recul de la vaccination est alarmant, c’est parce qu’il expose les enfants au risque de contracter “des maladies dévastatrices mais évitables comme la rougeole, la polio ou la méningite, alerte le Directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Or, “la multiplication des flambées épidémiques serait catastrophique pour les communautés et les systèmes de santé qui luttent déjà contre la Covid-19”, ajoute-t-il.

Ce phénomène n’est cependant pas nouveau : “les taux mondiaux de vaccination des enfants (…) étaient au point mort depuis plusieurs années à environ 86 %”, souligne l’ONU. Pourtant : le taux de vaccination recommandé par l’OMS pour se protéger de la rougeole est de 95 %.

Autant d’éléments qui constituent “un signal d’alarme”, selon Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de Gavi, l’Alliance du Vaccin. “Nous devons tous travailler ensemble pour aider les pays à venir à bout de la Covid-19, en garantissant un accès mondial et équitable aux vaccins, et pour remettre les programmes de vaccination systématique sur les rails”, ajoute-t-il.

A lire aussi :

⋙ Rougeole : pourquoi des millions d’enfants sont privés de vaccin à cause du Covid-19 ?

⋙ Poliomyélite : ce qu’il faut savoir sur cette pathologie infectieuse rare

⋙ Covid-19 en France : pourquoi plus de 5.000 enfants de moins de 12 ans ont été vaccinés malgré l’absence d’autorisation

Source: Lire L’Article Complet