Trois montres connectées pour attaquer la rentrée en pleine santé

Option natation, golf, running ou orientés santé… Zoom sur ces petits précis de high-tech bien pensés, à porter sanglés au poignet pour s’encourager et se dépasser.

Tag Heuer

Montre Tag heuer Connected, 45mm, boîtier en acier, bracelet en caoutchouc, Tag Heuer, 1700 €. Disponible sur Tagheuer.com

Temps fort digital de la manufacture horlogère qui affiche une croissance toujours plus insolente, la Tag Heuer Connected déploie encore un peu plus son ancrage «wellness». Si l’on connaissait déjà son univers dédié au golf, à la course ou au fitness, c’est du côté de la natation que s’oriente désormais ce garde-temps singulier. De quoi enregistrer ses performances en bassin, analyser ses mouvements pour se dépasser toujours plus et atteindre de nouveaux horizons.

Frederique Constant

Montre connectée Smartwatch Ladies Vitality, 36mm, boîtier en acier, bracelet en caoutchouc, Frederique Constant, 795 €. Disponible sur Frederiqueconstant.com

Si la manufacture a beaucoup fait parler d’elle ces derniers mois avec ses derniers lancements dans la ligne Highlife, elle n’en oublie pas son double digital, qui s’est taillé depuis quatre ans la part du lion dans son chiffre d’affaire : une Smartwatch connectée et accessible, que la maison étoffe aussi bien du côté du vestiaire masculin que du côté féminin, lancé lui il y a tout juste un an. De quoi basculer en un instant entre un affichage classique ou numérique, qui monitore aussi bien l’activité physique qu’un sommeil bien mérité.

Withings

Montre ScanWatch, 38 ou 42mm, boîtier en acier, bracelet en fluoroélastomère, Withings, à partir de 279.95 €. Disponible sur Withings.com

Si bon nombre de ces montres augmentées se concentrent sur le sport, l’entreprise française d’objets connectés Withings s’est centrée, elle, sur la santé. Une préoccupation première, devenue essentielle en ces temps de pandémie, dont la marque s’est emparée jusqu’à faire de sa ScanWatch la montre connectée la plus en avance sur le sujet. Elaborée de concert avec une batterie de cardiologues, d’experts et de chercheurs, cette dernière compulse électrocardiogramme, taux de saturation en oxygène et alertes sur les risques d’apnée du sommeil. Un «self tracking» dont les bénéfices sont d’ailleurs étudiés par l’université Louis-et-Maximilien de Munich, qui en a équipé récemment 200 patients Covid pour voir comment ces données peuvent aider en temps réel les équipes soignantes. Et peut-être opter pour de nouveaux choix de vie, plus éclairés.

Source: Lire L’Article Complet