Transmission du Covid-19 : une nouvelle enquête révèle les lieux les moins bien ventilés

Des journalistes ont placé des capteurs de CO2 dans plusieurs lieux publics clos en France. L’objectif : déterminer si ces lieux étaient suffisamment aérés pour réduire les risques de transmission du Covid-19 pour les usagers qui les fréquentent. Leurs résultats.

Restez informée

Retour du masque obligatoire à l’école sur l’ensemble du territoire, lancement de la campagne pour les doses de rappel vaccinal… Alors que la France enregistre une hausse des contaminations, l’exécutif resserre encore la vis pour lutter contre une potentielle cinquième vague de Covid-19. Un geste barrière essentiel dans les lieux clos reste encore négligé, comme le révèle une enquête de nos confrères du Parisien : l’aération.

Pendant dix jours, les équipes du quotidien ont placé leurs capteurs de dioxyde de carbone dans dix-sept lieux clos de Marseille, Toulouse, et Paris et sa banlieue.

Le taux de dioxyde de carbone, un indicateur précieux sur la qualité de l’air intérieur

Si les équipe ont utilisé ces capteurs qui mesurent la concentration de dioxyde de carbone dans l’air, c’est parce que le CO2 pourrait en dire long sur les risques de contamination au Covid-19. On le sait, le virus SARS-CoV-2 se transmet surtout par voie aérienne, via les goutelettes que nous produisons en respirant, parlant, etc. « Le dioxyde de carbone est un gaz bien plus présent dans l’air que l’on expire que dans l’atmosphère. S’il y en a trop dans une pièce, on estime qu’elle est mal ventilée« , explique au Parisien Simon Mendez, chercheur au CNRS en mécanique des fluides à L’Université de Montpellier. Pour réduire la concentration du virus dans l’air ambiant, il est donc impératif de garantir la bonne ventilation des espaces clos pour garantir un renouvellement de l’air intérieur.

CO2 : quels sont les niveaux d’alerte ?

Le taux de dioxyde de carbone est exprimé en ppm (parties par million). À partir de 800ppm, on considère qu’un premier seuil d’alerte est atteint et qu’il faut aérer l’espace testé.

Le capteur voit rouge à partir de 1500ppm, niveau à partir duquel on entre en risque réel de contamination.

Avion, train, supermarché : quels sont les lieux les moins bien ventilés ?

  • L’avion : si le taux de CO2 relevé par les équipes du Parisien est pourtant compris entre 1472 et 1633ppm (soit le double du seuil limite recommandé) au fil du vol, l’expert interrogé par le quotidien rassure : le système de recyclage et de filtrage de l’air des avions permet de réduire les aérosols. À condition d’y porter correctement son masque, les risques de transmission du Covid-19 dans un avion seraient limités.
  • Le train : bien que la SNCF communique sur des taux compris entre 1000 et 1500ppm, c’est ici que les compteurs de CO2 ont relevé les taux les plus élevés, pouvant grimper jusqu’à 3421ppm. Pour les besoins du test, les journalistes ont aussi analysé stations de métro et rames de métro et RER. Et a contrario, aucun lieu testé n’a dépassé les 804ppm (taux relevé en pleine rame du RER B).
  • Les bars et les restaurants : Ici, on tombe le masque et on discute. Au restaurant,840 à 1311ppm ont été relevés en fonction de la configuration et du remplissage de la salle. Mais dans les bars, où l’on a tendance à parler plus fort et donc à expirer davantage de gouttelettes, le taux monte jusqu’à 2018ppm.
  • Le théâtre : bien qu’on y porte le masque pendant toute la représentation, la concentration de dioxyde de carbone serait élevée dans ces lieux qui semblent trop peu ventilés : jusqu’à 1883ppm ont été relevés par les auteurs de l’enquête.
  • Le supermarché : dans cet autre lieu où tout le monde reste masqué, pas d’inquiétude à avoir ; les taux relevés se situent tous en dessous du premier seuil d’alerte.

À lire aussi :

⋙ Hommes, femmes : qui transmet le plus le Covid-19 ? Une étude répond

⋙ Covid-19 : l’astuce toute simple pour moins postillonner et limiter les risques de transmission

⋙ Covid-19 : après une infection, combien de temps les anticorps nous protègent-ils ? Une étude répond

Source: Lire L’Article Complet