Test GTA The Trilogy : Un remaster fidèle, nostalgique et moderne

Place à la nostalgie ! GTA The Trilogy est désormais disponible et la rédaction a pu l’essayer. On vous donne notre avis complet sur le remaster de GTA III, GTA : Vice City et GTA : San Andreas.

Rockstar est un géant du jeu vidéo grâce à l’une des plus grandes franchises au monde, Grand Theft Auto (GTA). Le studio invente un genre à lui seul, le monde ouvert, et enchaîne, entre 2001 et 2004, trois épisodes salués : GTA III, GTA : Vice City et GTA : San Andreas. Des épisodes toujours aussi appréciés par les joueurs alors que GTA 6 tarde à arriver, les développeurs se concentrant sur GTA V et GTA Online. Mais en attendant de voir arriver ce prochain opus, Rockstar confie le remaster à Groove Street. Un coup de poliche que la rédaction a pu essayer sur Xbox Series X. Alors GTA The Trilogy vaut-il le déplacement ?

Un lifting graphique réussi

Parlons du premier point, les graphismes. Si GTA V s’avère plus réaliste, les précédents épisodes adoptaient une approche assez cartoon. Un esprit conservé pour ce remaster et disons-le de suite : ça ne risque pas de plaire à tout le monde. La direction artistique peut surprendre au début mais très rapidement, les décors et la modélisation des personnages, tous reconnaissables, rendent l’expérience agréable. Mais là où le remaster fait des merveilles, c’est au niveau du monde ouvert. La distance d’affichage augmente, les bâtiments plus variés, la végétation plus dense. Sans parler des effets de lumière, de l’eau, de la pluie, pour un rendu graphique à la hauteur d’un jeu de notre époque. Le temps passe et la météo change, le jour et la nuit s’enchaînent, pour une immersion renforcée.

Car Groove Street ne s’est pas contenté de copier les épisodes originaux et proposent, par exemple, de nouvelles enseignes sur les immeubles. GTA The Trilogy tourne parfaitement en 4K/60fps mais accuse parfois un clipping léger.

Une vague nostalgique au lancement

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Car lorsqu’on lance l’un des remasters de cette compilation, c’est une énorme bouffée nostalgique. On reconnaît parfaitement Liberty City, Vice City, le quartier de C.J. dans lequel San Andreas débute avec la mission en vélo. On sent un véritable travail de Groove Street pour renforcer l’immersion, piochant dans le cinéma (William Friedkin avec Police fédérale Los Angeles, Brian De Palma avec L’Impasse, etc). Sans oublier les fameuses radios pour écouter vos morceaux préférés même si certains ont dû être retirés, malheureusement, des jeux originaux. Chaque opus possède sa propre ambiance musicale.

On prend plaisir à semer le chaos en ville comme à l’époque, conduire une multitude de véhicules jusqu’aux plus fantasques, etc. San Andreas signe le retour d’un élément de gameplay bien précis : rendre C.J. musclé ou obèse. La formule fonctionne toujours aussi bien presque 20 ans après la sortie de ces jeux de la franchise.

Et bien évidemment : oui, les célèbres codes sont présents et vous permettent de vous amuser à foison dans ces bacs à sable !

Des changements majeurs de gameplay

Mais les changements ne se limitent pas aux graphismes et Groove Street adapte les contrôles à notre époque. Le système de visée profite d’une amélioration (vous pouvez ajuster le tir pour viser des endroits précis) et beaucoup d’éléments de chez GTA V sont transposés ici. Mais ne vous attendez pas à des affrontements plus grisants : le tout est un peu lourd à prendre en main et les développeurs font le choix de ne pas proposer un système de couverture (comme souvent à notre époque).

Résultat, on a tendance à essayer, lors des premières heures, de se mettre à couvert lors des moments tendus. GTA The Trilogy demande donc un peu plus de prudence lors des affrontements armés. Heureusement, Groove Street propose la fameuse roue des armes pour changer rapidement son arsenal mais surtout reprendre son souffle puisque cette option met le jeu en pause.

Exit la frustration

Nous sommes en 2021 et évidemment, il ne faut pas trop frustrer le joueur. Car les anciens se souviennent de l’horreur lors de certaines missions, à réessayer encore et encore, des heures entières. Des missions longues et frustrantes, désormais facilitées par Groove Street. On trouve des checkpoints et les armes ne disparaissent plus en cas de mort. Vous pouvez également recommencer sans passer par l’hôpital. Bref, que du bon.

  • Un lifting réussi
  • Une ambiance cinématographique géniale
  • Des contrôles repensés
  • Moins punitif
  • Une nostalgie sans trahir l’esprit des jeux originaux
  • Les codes toujours présents
  • De nombreux bons morceaux à la radio
  • Gameplay rigide lors des affrontements armés
  • Pas de système de couverture
  • L’absence de certaines musiques originales à la radio
  • Du clipping
  • La direction artistique ne plaira pas à tous

Conclusion





GTA The Trilogy vaut-il le coup ? On pense que oui. Remaster réussi, ces trois jeux plairont aux anciens comme aux nouveaux joueurs. Groove Street rend justice à GTA III, GTA : Vice City et GTA : San Andreas en peaufinant les graphismes sans trahir l’esprit de la franchise. Histoire de transposer l’action en 2021, le studio opte pour une difficulté moins punitive et des contrôles remaniés. Seul bémol : le prix de 59,99 € nous semble trop prohibitif pour un remaster. Mais partons du principe qu’elles offrent théoriquement des dizaines d’heures de jeu.

Source: Lire L’Article Complet