Test Forza Horizon 5 : En pole position pour le titre du meilleur opus de la licence

Êtes-vous prêts à faire rugir vos moteurs et crisser vos pneus ? On a pu tester Forza Horizon 5 qui débarque sur Xbox Series X/S, Xbox One et PC avec une ambition clairement affichée : porter la licence à un autre niveau. Pari réussi ?

On a enfin pu tester le très attendu Forza Horizon 5 en long, en large et en travers. Après une preview du jeu qui nous avait vraiment donné envie d’en découvrir davantage, voici qu’on met officiellement le cap sur le Mexique et son Festival Horizon complètement déjanté. Entre le gameplay, les graphismes, les nouveaux modes de jeu et le multijoueur, il y a fort à faire. Alors attachez vos ceinture, c’est parti pour un test pied au plancher.

Forza Horizon 5 : Un gameplay accessible, mais complet

Quand on est un habitué des Forza, on sait déjà que la saga des Horizon est beaucoup moins exigeante que la série des Motorsport. Ainsi, Forza Horizon 5 ne requiert clairement pas le même niveau de maîtrise qu’un Forza Motorsport 7 par exemple. Néanmoins, au début de chaque course on peut régler une multitude d’options (activation/désactivation de l’ABS, boîte de vitesses manuelle/automatique, tracé de la course affiché ou non, etc.) qui permettent d’adapter le gameplay selon le niveau de réalisme (et de difficulté) qu’on souhaite avoir en pilotant.

Amateur ou habitué de la célèbre simulation de course automobile, les sensations manette en main sont toujours appréciables. Les véhicules répondent vraiment selon leur puissance, leur manœuvrabilité et leur poids. Plus encore que dans l’opus précédent, l’influence du terrain (et/ou des conditions météorologiques) se fait grandement sentir sur la tenue de route de votre véhicule. Par exemple, lancer votre Chevrolet Corvette C8 Stingray à 200 km/h à travers la jungle est une très mauvaise idée, croyez-nous sur parole il paraît.

Pour récompenser votre progression au volant de votre véhicule fétiche, vous obtenez des points de maîtrise de voiture à dépenser comme bon vous semble dans un arbre de compétences différent selon le type de véhicule utilisé.

Des graphismes qui passent à la vitesse supérieure

Le prochain titre de Playground Games nous avait déjà alléché avec sa vidéo de présentation de 10 minutes, mais les graphismes s’avèrent vraiment bluffant une fois dans le jeu. Comme on a déjà pu l’évoquer lors de la preview de Forza Horizon 5, le niveau de modélisation des véhicules, l’utilisation du ray-tracing et les effets de particules sont tout particulièrement soignés. Mais c’est bel et bien la distance d’affichage du jeu qui vous laissera sans voix. Mention spéciale aux problèmes de clipping relevés lors de la preview qui semblent avoir disparu de la version définitive du jeu (sur Xbox Series X et PC en tout cas). Notez bien que sur console, le jeu propose même un mode ForzaVista permettant de jouer en 4K et d’atteindre les sacro-saints 60 FPS (mais pour cela, il faudra accepter de vous passer de ray-tracing).



PVE, scénario, Horizon Open, Forza LINK : Les différents modes de jeu de Forza Horizon 5

Niveau mode de jeu, Forza Horizon 5 se montre généreux en proposant tout un fourmillement d’activités à réaliser en solo, contre l’IA (les drivatars) ou face à d’autres joueurs. En démarrant, vous commencerez par découvrir l’arc scénaristique de ce nouvel opus. Comme d’habitude, ne vous attendez pas à une écriture digne des plus grands films hollywoodiens, mais plutôt à une histoire amusante et sans prétention qui fera office de tutoriel pour découvrir le jeu. Par la suite, vous aurez l’opportunité d’effectuer les nombreuses activités de la carte, allant de l’exploration photo à la course de dragster en passant par les épreuves de saut en longueur, de drift, de trail ou de course classique.

Une fois habitué aux compétitions face à l’IA, il sera temps de se tourner vers le mode Horizon Open pour disputer des courses face à d’autres joueurs ou défier d’autres conducteurs sur les différentes épreuves de la carte. Attention, la première fois le système de convoi (pour faire des activités en groupe) peut être assez déroutant, mais une fois habitué le matchmaking s’avère assez simple. Petit point bonus, dans le jeu, vous êtes particulièrement aidé par la fonctionnalité Forza LINK, une sorte d’intelligence artificielle implantée dans vos véhicules et capable de vous trouver rapidement des courses, des compétiteurs ou des activités à faire, le tout de façon automatique.

EventLab : Le bouquet final de Forza Horizon 5

De nombreux outils lancés avec les Super7 sont désormais des fonctionnalités d’EventLab, mais pas seulement. – Mike Brown directeur créatif de Forza Horizon 5

Très gros point fort de ce Forza Horizon 5, son mode EventLab permettant de créer vos propres courses/épreuves et vos propres circuits. Les aficionados de la licence feront immédiatement le parallèle avec les challenges Super7 de Forza Horizon 4, mais EventLab s’avère bien plus complet. Comme le rappelle Mike Brown, le directeur de la création de ce nouvel opus, « de nombreux outils lancés avec les Super7 sont désormais des fonctionnalités d’EventLab, mais pas seulement« . Dans ce mode type sandbox vous êtes libre de créer votre propre course, mais également différentes épreuves :

  • Radars (battre un record de vitesse)
  • Score de prouesses (réaliser le meilleur score dans un certain temps)
  • Calculer un itinéraire (relier un point A à un point B le plus vite possible)
  • Panneau danger (sauter le plus loin possible)
  • Itinéraire de prouesses (relier un point A à un point B le plus vite possible en faisant le meilleur score)
  • Maîtrise de prouesses (rejoindre une destination en faisant un maximum de prouesses)
  • Zone de drift (faire déraper sa voiture pour faire le meilleur score)
  • Sans une égratignure (relier un point A à un point B le plus vite possible sans le moindre impact)

Ce mode bac à sable vous laisse assez libre dans la réalisation de vos créations, mais il n’est pas toujours simple à prendre en main quand vous commencez à ajouter de nombreux éléments. Information importante à noter, vous avez la possibilité de créer vos épreuves pratiquement partout sur la carte, ce qui offre un beau moyen d’enrichir le jeu au fil du temps, notant dans les zones moins bien fournies en activités.


Personnalisation des véhicules et ergonomie du jeu

Côté personnalisation des véhicules, rien à redire. La customisation monte encore d’un cran dans ce Forza Horizon 5 avec un très grand nombre d’options modifiables à souhait pour créer une monstruosité sans nom la voiture idéale. Pour ce qui est du cosmétique, un large choix de peintures, vinyles et décalcos vous attendent. Pour les performances, vous avez la possibilités de modifier vos pièces (moteur, freins, transmission, conversion, aérodynamisme, pneus, jantes, etc.), mais également les moindres réglages de votre véhicules comme le degré de parallélisme ou la vitesse de passage des rapports.



Du côté de l’ergonomie des menus en revanche, on s’accordera à dire que Forza Horizon 5 peut mieux faire. Sans être absolument incompréhensibles, il faut admettre que les menus du jeu manquent parfois de clarté et ont tendance à surcharger le joueur d’informations. Un point qui n’empêche pas de profiter du jeu, mais qui peut malgré tout être assez dérangeant.



  • La qualité des graphismes
  • La profondeur du gameplay
  • Le nombre d’activités
  • Le mode EventLab
  • Le doublage qui ne sonne pas toujours très juste
  • Le manque d’ergonomie des menus
  • La bande son assez oubliable

Conclusion





Entre des graphismes tout bonnement ahurissants, une maniabilité particulièrement immersive, des options de personnalisation poussées et une rejouabilité presque infinie grâce à l’EventLab, il ne fait aucun doute que Forza Horizon 5 a toutes les cartes en main pour être le meilleur opus de la saga. Que vous soyez un habitué de la licence ou que vous la découvriez avec ce nouveau titre, si vous aimez les simulations de courses déjantées, alors vous avez trouvé le jeu indispensable pour cette fin d’année.

Source: Lire L’Article Complet