Syndrome de la Tourette : des internautes développent des symptômes en regardant les vidéos d’un patient

C’est un phénomène surprenant qui a été observé en Allemagne : des internautes ayant visionné les vidéos d’un YouTubeur atteint du syndrome de Gilles de la Tourette ont développé des tics similaires. Une psychiatre s’est intéressée aux causes de cette étonnante “épidémie”.

Restez informée

Le syndrome de Gilles de la Tourette est une maladie neurologique qui se caractérise par des tics moteurs et sonores involontaires, soudains et brefs. Dans l’Hexagone, la prévalence de ce syndrome est estimée à 1 sur 2.000, selon la plateforme Orphanet. En Allemagne, un phénomène surprenant en lien avec le syndrome de Gilles de la Tourette a été observé : des internautes ont développé des symptômes après avoir regardé les vidéos d’un YouTubeur touché par ce syndrome.

Un phénomène de mimétisme surprenant

L’histoire, relatée par le magazine américain Wired, commence en juin 2019. Kirsten Müller-Vahl, psychiatre à la faculté de médecine d’Hanovre (Allemagne) et spécialiste du syndrome de Gilles de la Tourette voit arriver une cinquantaine de patients présentant des manifestations évocatrices du syndrome de Gilles de la Tourette. Plus étonnant encore : tous les patients présentaient les mêmes tics. “Les symptômes étaient identiques. Pas seulement similaires, mais identiques”, se souvient Kirsten Müller-Vahl.

Une étudiante explique alors à la psychiatre qu’elle a déjà vu ces tics quelque part : sur la chaîne YouTube de Jan Zimmermann, un Allemand de 23 ans atteint du syndrome de Gilles de la Tourette et rassemblant pas moins de deux millions d’abonnés. Après avoir mené son enquête, Kirsten Müller-Vahl découvre que ses patients ont visionné les vidéos de ce jeune YouTubeur et en conclut qu’ils ont développé les mêmes symptômes par mimétisme.

Une “maladie de masse induite par les médias sociaux” ?

Comment expliquer cet étrange phénomène ? La psychiatre indique que ses patients n’étaient pas atteints du syndrome de Gilles de la Tourette mais d’un trouble fonctionnel du mouvement. Certains d’entre eux ainsi vu leurs symptômes disparaître lorsque Kirsten Müller-Vahl leur a expliqué qu’ils n’avaient pas le syndrome de Gilles de la Tourette, tandis que d’autres ont dû suivre une psychothérapie pour voir leur état s’améliorer.

Le grand nombre de patients touchés par ces manifestations et l’aspect épidémique de ce phénomène a cependant questionné la psychiatre, qui a décidé de rédiger un article sur le sujet. Dans cette publication parue dans la revue Brain, éditée par Oxford University Press, elle propose de baptiser ce phénomène “mass social media-induced illness” (MSMI), que l’on peut traduire par “maladie de masse induite par les médias sociaux”. Il s’agit d’une référence à la “mass sociogenic illness”, que l’on connaît en français sous le nom de “maladie psychogène de masse” ou encore d'”hystérie collective”.

“Une réaction de stress liée à notre société post-moderne”

La “mass sociogenic illness” est définie comme la “propagation rapide de signes et de symptômes de maladie affectant les membres d’un groupe cohésif, provenant d’une perturbation du système nerveux”, pouvait-on lire dans un article publié en 2005 dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ).

Ce phénomène de mimétisme et les symptômes qui en résultent peuvent peuvent être considérés comme “une réaction de stress liée à la culture de notre société post-moderne qui met l’accent sur l’unicité des individus et valorise leur prétendue exceptionnalité, favorisant ainsi les comportements de recherche d’attention et aggravant la crise d’identité permanente de l’homme moderne”, écrit Kirsten Müller-Vahl dans son article.

A lire aussi :

⋙ Syndrome Gilles de la Tourette : ce qu’il faut savoir

⋙ Fou rire général, danse incontrôlable… 4 épidémies insolites qui ont marqué l’Histoire

⋙ Tics nerveux : comment aider mon enfant à s’en débarrasser ?

Source: Lire L’Article Complet