« Scenes From a Marriage », itinéraire d'une rupture amoureuse moderne
  • Hagai Levi, le créateur de la série la plus adaptée au monde BeTipul, propose ce lundi sur OCS une relecture du chef-d’œuvre de Bergman, Scènes de la vie conjugale, intitulée Scenes From a Marriage.
  • Oscar Isaac et Jessica Chastain succèdent à Erland Josephson et Liv Ullmann, pour camper ce couple en pleine crise conjugale.
  • Comment Hagai Levi a-t-il réussi à transposer fidèlement l’histoire de Bergman tout en modernisant son propos ?

L’ombre d’Ingmar Bergman plane sur la fiction en 2021 ! Après l’arrivée de nombreux
films du cinéaste suédois sur Netflix, l’hommage de « Moments in love » en saison 3 de Master of None et le clin d’œil de Mia Hansen-Løve dans son dernier film Bergman Island,
Hagai Levi propose Scenes From a Marriage. Cette minisérie pour
HBO diffusée en US + 24 dès ce lundi à 20h40 sur
OCS City, est une adaptation de la série culte du réalisateur, Scènes de la vie conjugale, diffusée à la télévision suédoise en 1973 et condensée dans un film, sorti en salles en 1974, chronique intimiste d’un couple marié qui s’aime et se déchire. Pourquoi cette relecture américaine signée Hagai Levi, brillamment portée par Oscar Isaac (Show Me a Hero) et Jessica Chastain (nommée aux Oscars pour Zero Dark Thirty), est-elle aussi pertinente que confondante de modernité ?

« L’œuvre d’art la plus marquante de ma vie »

In Treatment, En Thérapie, etc. On ne compte plus les adaptations de BeTipul. Pourquoi Hagai Levi, le créateur de la série la plus adaptée au monde, s’est-il lui-même lancé dans un remake ? Tout commence « il y a sept ou huit ans » quand le fils d’Ingmar Bergman lui propose d’adapter le chef-d’œuvre de son père. « Il a vraiment aimé BeTipul… Et il m’avait entendu parler à la presse suédoise de comment cette série avait inspiré la mienne, se souvient Hagai Levi, que 20 Minutes a rencontré lors d’une table ronde à
Séries Mania. Je ne sais pas vraiment pourquoi il m’a choisi, mais je ne le remercierais jamais assez pour son incroyable confiance. »

Et de confier : « Je pense que je ne ferai aucun autre remake de toute ma vie. Mais Scènes de la vie conjugale est sans doute l’œuvre d’art la plus marquante de ma vie, comme le livre que vous lisez enfant et qui change toute votre vie. »

« Avec cette idée d’inversion des rôles, j’ai su quoi faire »

Si Hagai Levi a attendu plusieurs années avant de se lancer dans cette adaptation, c’est qu’il lui fallait trouver la bonne approche pour attaquer ce monument. « Je ne voulais pas faire une nouvelle série. Je venais de faire The Affair, une autre série sur le couple et la trahison. Mais il s’agissait de trouver une façon d’adapter, tout en restant fidèle », dit-il.

Et le déclic a eu lieu lorsqu’il a eu l’idée d’inverser les rôles du couple de chez Bergman. Dans Scenes From a Marriage, Jonathan, universitaire, passe le plus clair de son temps au sein du foyer à s’occuper de sa petite fille, tandis que Mira, qui gagne plus, finira par le tromper. « Quand j’ai eu cette idée d’inversion des rôles, j’ai su quoi faire », résume-t-il.

« Comprendre le mécanisme de la séparation »

« Qu’est-ce qui fait qu’un couple fonctionne ? » Telle est la question posée dans les toutes premières minutes de Scenes From a Marriage par une étudiante venue interroger Mira et Jonathan, le couple interprété par Oscar Isaac et Jessica Chastain, pour son mémoire. Si Hagai Levi garde la question initiale posée par Bergman, sa réponse, pas loin de cinquante ans plus tard, n’est pas exactement la même.

« Bergman voulait parler du prix du mariage, en tant qu’institution, comment elle tue l’amour et d’autres choses encore », analyse-t-il. En Suède, les taux de divorce ont atteint des sommets records après la diffusion de la série. «Je finis par dire presque l’inverse. Je voulais comprendre le mécanisme de la séparation, qui devient si facile de nos jours. La culture encourage les gens à aller de l’avant, à avoir une meilleure vie, à être en quête de liberté. Mais cela a un prix aussi. Comment une relation amoureuse peut soudainement se terminer ? Combien c’est douloureux ? », explique Hagai Levi, qui livre un huis clos résolument moderne sur le couple, l’amour et le désir. Une œuvre bouleversante, dont le spectateur ne sort pas indemne, tant elle interroge en profondeur l’essence de nos relations intimes.

Source: Lire L’Article Complet