Quels étaient les plats préférés de Jean de La Fontaine ?

Nous fêtons cette année le 400ème anniversaire de la naissance de l’écrivain champenois. C’est l’occasion de mieux connaître ses goûts culinaires.

Ses fables ont traversé les siècles sans prendre une ride. Chaque écolier en connaît au moins une par cœur. Né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry, dans la province de Champagne, Jean grandit dans une maison cossue. Après une enfance rêveuse, il découvre à Paris les joies de la vie littéraire, celle de Molière, Corneille, Boileau… Il vit grâce à des mécènes, dont le trop riche surintendant des finances Nicolas Fouquet au château de Vaux-le-Vicomte. Peu fidèle en amour mais exemplaire en amitié, la légende le dépeint comme un homme distrait et paresseux. Ses nombreux écrits prouvent le contraire, mais en 1695 il meurt ruiné.

Ses petites manies

Même s’il y a toujours quelqu’un, dans ses fables, qui va en manger un autre, ce n’est pas la nourriture en tant que telle qui l’intéresse mais le message qu’il fait passer grâce à elle. Cette utilisation métaphorique lui permet d’illustrer une idée. La nourriture est au service d’une morale contre la paresse dans La Cigale et la fourmi ou la vanité dans Le Corbeau et le renard. “Je me sers d’animaux pour instruire les hommes” explique-t-il dans les premiers vers dédiés au Dauphin – le fils de 7 ans de Louis XIV – qui ouvrent ses six premiers livres de fables en 1668.

Son péché mignon

On ne sait pas grand chose de ses goûts culinaires, excepté son amour pour le vin de champagne qu’il vante dans une lettre. Mais pas celui que nous connaissons avec ses fines bulles ! Il s’agit alors d’un vin blanc dit tranquille, le moine oenologue Dom Pérignon n’ayant pas encore importé de Limoux la méthode de prise de mousse dite méthode champenoise. La Fontaine se définit comme un homme de Champagne – d’où il vient et où il revient – et revendique son côté provincial, proche du terroir et de la nature.

Son lieu fétiche

Il possède à Château-Thierry une maison, des terres, des fermes et une charge de Maître des eaux et forêts léguée par son père. En chevauchant, il croise les hôtes de sa chère campagne qui peupleront ses fables. Mais à 55 ans, il doit vendre sa maison. Dans ce musée, on a reconstitué son cabinet d’écriture, la salle à manger, la cuisine… Mais de son époque, ne subsiste qu’une imposante clef, celle qui ouvrait le grand portail d’entrée disparu.

Un ouvrage pétillant sur Jean de La Fontaine

Dominique Brisson est l’auteur, avec Géraldine Doulbeau, de Vive La Fontaine !, éd. Cours Toujours, 12€.

Quel mangeur est-il ?

C’est un libertin, plus porté sur les plaisirs de la chair que ceux de la bonne chère. On imagine ce qu’il peut manger à la table de ses protecteurs. Grands ragoûts, plats en sauce, fruits et légumes à la mode comme les artichauts ou les petits pois (péché mignon de Louis XIV). Il doit boire du café ou du chocolat et déguste la chantilly du cuisinier Vatel, créée pour la somptueuse fête de Vaux-le-Vicomte de 1661, à laquelle il participe.

La nourriture est pourtant au cœur de ses récits ?

Evidemment, dans ses fables, il est souvent fait mention de nourriture. Mais c’est toujours métaphorique, au service d’autre chose. C’est un prétexte qui n’est jamais là pour exprimer un appétit humain pour la bonne chère.

Pour le quadricentenaire de sa naissance, vous éditez un nouveau livre sur lui…

Après un ouvrage pour adultes écrit par Martine Pichard, nous sortons un livre illustré pour raconter sa vie et son œuvre aux enfants.

Au menu du fabuliste

Entrées

Salade de légumes au verjus
Soupe de citrouille
Huîtres de la marée normande

Plats

Jambon rôti laqué au miel
Faisans, ortolans, cailles
Ragoût de courgettes et gâteau de pomme de terre grillé

Desserts

Farandole de mets sucrés à la chantilly
Tourte de pommes aux coquelicots de Nemours

A lire aussi :

⋙ Quels étaient les plats préférés de Gustave Flaubert ?

⋙ Quels étaient les plats préférés de Marguerite Duras ?

⋙ Quels étaient les plats préférés de Victor Hugo ?

Article paru dans le numéro Femme Actuelle Jeux Histoire n°20 de juillet-août 2021

Source: Lire L’Article Complet