Prendre le pouls : au poignet, au cou, au pied… comment réaliser ce geste indispensable ?

Prendre le pouls est un geste simple mais indispensable. En effet, il permet de vérifier la régularité des battements du cœur mais aussi de mesurer le nombre de pulsations par minute. Poignet, coup, pied, plusieurs endroits du corps permettent de prendre la mesure.

Restez informée

Définition du pouls

Le dictionnaire médical de l’Académie de médecine en donne la définition suivante : “Perception sensorielle des battements systoliques des artères périphériques, permettant de mesurer la fréquence cardiaque, de vérifier sa régularité et d’apprécier la qualité de l’onde systolique en l’absence d’obstacle artériel d’amont.”

Attention le poul est différent de la fréquence cardiaque qui est le nombre de contractions des ventricules. Le pouls est la mesure palpatoire des pulsations du sang contre les parois des artères.

Pourquoi prendre le pouls ?

La prise de pouls peut viser deux objectifs. Le premier est l’évaluation de l’état hémodynamique, c’est à dire la vérification de la bonne circulation sanguine (bon flux, vitesse), le deuxième est l’évaluation de la perméabilité circulatoire. Il donne de précieuses indications sur l’état du flux sanguin et des informations contribuant à l’établissement d’un diagnostic médical : le pouls fait partie des paramètres vitaux, avec la conscience, la pression artérielle, la respiration ou encore la température.

Prendre le pouls reste le moyen le plus simple d’évaluer le rythme cardiaque. Il se mesure seulement à l’aide de deux doigts de la main et d’une montre ou d’un chronomètre. Une tachycardie ou une bradycardie peuvent être décelées par ce geste simple. Il peut aussi être utile de vérifier cette mesure chez une personne victime d’un malaise, à la suite d’un traumatisme, d’une chute, d’un choc.

Le pouls peut se mesurer à différents moments de la journée, par exemple le matin, puis le soir pour voir l’évolution du rythme cardiaque, ou bien au cours d’un exercice durant lequel le rythme cardiaque doit être plus rapide. La deuxième indication est l’amplitude. Elle indique la puissance du battement et doit être normalement la même à chaque battement : elle peut être bien frappée ou encore bondissante. Le pouls doit être en théorie bien frappé.

Comment prendre son pouls seul ?

Cette mesure se fait toujours sur une trajectoire artérielle et toujours avec l’index et le majeur. Il faut placer les deux doigts sur l’artère, compter le nombre de battements pendant trente secondes. Ensuite, pour connaître le nombre de pulsations par minute, il suffit de multiplier par deux le nombre de battements comptés en trente secondes.

Attention, un rythme qui présente des irrégularités doit être mesuré sur une minute.

Il ne faut jamais prendre le pouls avec le pouce au risque de sentir son propre pouls.

Pouls radial, cubital : comment prendre le pouls au poignet ?

Pouls radial : Il est le plus courant et le plus connu du grand public. Ce pouls se prend sur l’artère radiale qui se trouve sur la face interne du poignet du même nom. Il suffit de placer deux doigts à la base du pouce.

Pouls cubital : Également sur la face interne du poignet, un peu plus bas que le pouls radial.

Pouls carotidien : comment prendre le pouls au cou ?

Il faut maintenir le menton vers le haut, placer l’extrémité de l’index et du majeur sur le côté du cou du côté gauche ou droit de la trachée. Puis exercer une légère pression afin de sentir la pulsation. C’est la carotide interne, plus profonde que la carotide externe, que l’on sent dans cette partie du cou (sur les côtés, en avant du cou). La prise du pouls au niveau du cou est surtout recommandée lorsque la personne est inconsciente et qu’elle ne respire pas.

Pouls pédieux : comment prendre le pouls au pied ?

Il se prend sur la face dorsale du pied dans le prolongement du tibia. L’objectif de cette prise de pouls est de vérifier que le sang circule bien jusqu’aux extrémités du corps : elle est ainsi pertinente chez les personnes souffrant de diabète ou d’hypertension. Mais elle est impossible en cas de plâtre ou d’artérite, une maladie due au cholestérol dans les artères

Quel est le pouls normal au repos ?

Chez l’adulte, les normes observées sont de l’ordre de 60 à 100 battements par minute au repos et sans stress. Un pouls inférieur à 50 n’est pas normal, il est conseillé de se rendre aux urgences.

Chez le nouveau-né, la fréquence cardiaque oscille entre 120 et 160 pulsations par minute.

Chez le nourrisson de 1 mois jusqu’à 2 ans, elle peut varier de 100 à 160 battements par minute.

Chez l’enfant de 2 à 12 ans, les valeurs normales s’abaissent entre 70 et 140 battements par minute.

Sources :

Cours infirmiers cardiologie – pouls

Guide pratique de l’IDE

Source: Lire L’Article Complet