Prednisone : posologie, usage et effets secondaires de cet anti-inflammatoire

La Prednisone® est un médicament anti-inflammatoire prescrit contre de nombreuses maladies. On fait le point sur ses indications.

Restez informée

Qu’est-ce que le médicament Prednisone ?

La Prednisone® est un médicament qui appartient à la famille des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) – on parle aussi de corticoïdes. Il s’agit plus spécifiquement d’un corticoïde de synthèse, c’est-à-dire d’un dérivé chimique de la cortisone naturelle.

À savoir. La Prednisone® est un générique du médicament Cortancyl®.

Ce médicament est prescrit pour ses puissantes propriétés anti-inflammatoires : il est donc utilisé dans le cadre du traitement de nombreuses affections comportant une composante inflammatoire ou allergique, mais aussi de certains cancers où ce médicament permet de lutter contre la prolifération cellulaire.

En pharmacie, le médicament Prednisone® existe sous plusieurs formes :

  • Prednisone Mylan 1 mg® : boîte de 30 comprimés,
  • Prednisone Mylan 5 mg® : boîte de 30 comprimés sécables,
  • Prednisone Mylan 20 mg® : boîte de 20 comprimés sécables,

À savoir. Le médicament Prednisone® n’est pas en vente libre en pharmacie : il n’est délivré que sur ordonnance médicale. Il est remboursé à hauteur de 65 % par l’Assurance Maladie. Il est commercialisé par le laboratoire Mylan.

Indications : quand prendre de la Prednisone ?

Les indications du médicament Prednisone® sont nombreuses. Cet anti-inflammatoire non-stéroïdien (AINS) peut notamment être prescrit dans les cas suivants :

  • Maladies systémiques : lupus érythémateux disséminé, vascularites, sarcoïdose viscérale, polymyosite…,
  • Maladies dermatologiques : angiomes du nourrisson, lichen plan, urticaire chronique, dermatoses neutrophiliques…,
  • Maladies digestives : rectocolite hémorragique, maladie de Crohn, hépatite chronique, hépatite alcoolique aiguë…,
  • Maladies endocriniennes : thyroïdites, hypercalcémies…,
  • Maladies hémorragiques : purpuras thrombopéniques, anémies auto-immunes…,
  • Maladies infectieuses : péricardite, tuberculose, pneumopathies…,
  • Maladies neurologiques : myasthénie, œdème cérébral, sclérose en plaques…,
  • Maladies ophtalmologiques : uvéite, exophtalmie œdémateuse, neuropathies optiques…,
  • Maladies ORL : otites, sinusite aiguë ou chronique, rhinite allergique, laryngite…,
  • Maladies respiratoires : asthme, bronchopneumopathie, sarcoïdose…,
  • Maladies rhumatologiques : polyarthrite rhumatoïde, maladie de Horton, névralgie cervico-brachiale…

À savoir. Le médicament Prednisone® est réservé à l’adulte et à l’enfant de plus de 6 ans et de plus de 20 kg.

Prednisone : mode d’emploi. Bien sûr, il est indispensable de respecter à la lettre la posologie recommandée par le médecin. À titre indicatif, la posologie de référence chez l’adulte est de 0,35 mg à 1,2 mg /kg /jour, ce qui correspond à 4 à 14 comprimés par jour chez un adulte de 60 kg.

Prednisone : les précautions d’emploi

Prednisone : quelles sont les contre-indications ? Le médicament Prednisone® est contre-indiqué en cas d’infection ou de mycose non contrôlées par un traitement adapté, en cas de maladie virale en évolution (herpès ou zona), ainsi qu’en cas de psychose non contrôlée par un traitement.

Peut-on prendre de la Prednisone pendant la grossesse ? Oui. Comme l’explique le Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT), ” la Prednisone® peut-être utilisée à posologie efficace quel que soit le terme de la grossesse et la durée du traitement “. Toutefois, la prudence reste de mise car ” des retards de croissance intra-utérins et des petits poids de naissance ont été signalés chez des enfants de mère traitée au long cours par des corticoïdes, en particulier par voie générale dans le cadre de pathologies chroniques (lupus, asthme, greffe d’organe …) “.

Et pendant l’allaitement ? La quantité de Prednisone® ingérée via le lait est très faible : l’enfant reçoit environ 1 % de la dose maternelle (en mg/kg) ” soulignent les experts du CRAT. Lorsque la posologie est inférieure à 60 mg par jour, l’allaitement reste donc possible et considéré comme sans risque pour la santé du bébé.

Prednisone : quels sont les effets secondaires possibles ?

Attention ! L’arrêt du traitement par Prednisone® (lorsqu’il dure depuis plus d’une semaine) doit être progressif pour permettre aux glandes surrénales de reprendre la synthèse de cortisone naturelle. Un arrêt brutal expose ainsi à une rechute de la maladie traitée.

Et aussi… Ce médicament ne doit jamais être employé (ou réemployé) en dehors d’une prescription médicale. Pas d’auto-médication !

Effets secondaires. La Prednisone® est généralement bien tolérée : les effets secondaires sont peu nombreux et peu sévères. Chez moins d’1 % des patients, on peut notamment constater de l’euphorie, des troubles du sommeil et de la nervosité.

Sources :

  • Base de données publique des médicaments
  • Haute Autorité de Santé (HAS)
  • Encyclopédie Vidal
  • Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT)

Source: Lire L’Article Complet