Pourquoi la chanteuse américaine Taylor Swift se retrouve-t-elle au cœur d'un cours de littérature aux États-Unis ?

Taylor Swift est une des superstars américaines de la pop et l’université du Texas, à Austin, propose d’analyser ses chansons lors d’un cours de littérature.

Avec 200 millions de disques vendu, 11 Grammy Awards  et déjà sorti 10 albums studios, à seulement 32 ans, la chanteuse est une immense star aux Etats-Unis. L’artiste a grandi au nord-est des États-Unis mais est partie à 14 ans à Nashville, la capitale de la musique country. Depuis, Taylor Swift a évolué vers la pop.

Une publication partagée par Taylor Swift (@taylorswift)

La superstar se définit d’abord comme une auteure, écrivant elle-même la plupart de ses chansons qui, dans le plus pur style de la country, racontent des histoires. Taylor Swift décrit très bien les détails d’une relation amoureuse, joue avec les mots et capte l’attention dans ses paroles tout en les associant à des mélodies qui ne vous lâchent pas.

Les universités américaines, friandes des classes sur les stars

C’est un tel phénomène aux États-Unis que ses nombreux fans ont un nom : les « Swifties ». La professeur en charge du cours à Austin, Elizabeth Scala, en fait partie. Elle a découvert la chanteuse grâce à sa fille pendant la pandémie et considère qu’elle mérite qu’on s’attarde sur son œuvre. Mais elle l’assure : ce n’est pas un cours sur la célébrité. Les seize étudiants inscrits devront « analyser et contextualiser des pratiques et des problèmes communs de l’écriture à travers les siècles »

Ce genre de cours dans une université américaine n’est pas sans précédent. Au printemps, New York University a proposé un cours sur Taylor Swift, qui a d’ailleurs reçu un diplôme d’honneur de l’université. L’université du Texas d’Austin a parmi ses professeurs l’acteur oscarisé Matthew McConaughey, fier texan, lui-même ancien élève de l’établissement. Il a dispensé pendant plusieurs semestres des cours sur ses films. Cette même université s’était déjà intéressée au féminisme noir à travers Beyoncé et Rihanna en 2015. En Caroline du Sud, un cours de sociologie était centré sur Lady Gaga. À Texas State University, l’année prochaine, c’est la popstar britannique Harry Styles qui sera au programme pour un cours sur « le culte de la célébrité ».

Source: Lire L’Article Complet