Pourquoi il ne faut absolument pas réutiliser sa crème solaire de l’année dernière

Vous avez à peine entamé votre crème solaire l’été dernier et souhaitez la finir cette année ? Attention, cette habitude pourtant courante pourrait être cancérigène. On vous explique.

On le sait, le soleil fait du bien à notre moral mais peut s’avérer très nocif pour la peau si on ne se préserve pas correctement de ses rayons UV ! Il est indispensable d’appliquer une protection solaire avant toute exposition… et pas n’importe laquelle. Avant de vous enduire de crème solaire, pensez à regarder la date de péremption de votre tube. D’après une nouvelle étude, publiée dans la revue américaine Chemical Research in Toxicology, ces protections solaires deviendraient cancérigènes au bout d’un an.

Présence d’un perturbateur endocrinien cancérigène

Pour arriver à de telles conclusions, les chercheurs du CNRS et de l’université de la Sorbonne ont passé au crible dix crèmes de jour et solaires fréquemment utilisées en France, des marques Garnier, Uriage, la Roche Posay ou encore Bioderma. En les faisant vieillir prématurément, ils ont constaté qu’au bout d’une année, l’octocrylène, un filtre de protection solaire utilisé en cosmétique, se transformait en benzophénone. Classé comme cancérigène par le Centre international de Recherche sur le Cancer de l’OMS, ce perturbateur endocrinien est absorbé par la peau. “Lorsqu’elle est sur la peau, la benzophénone peut induire des dermatites et peut provoquer des cancers notamment du foie”, explique Didier Stien, l’un des auteurs de l’étude, au site franceinfo. Les scientifiques espèrent ainsi alerter fabricants et consommateurs sur la présence de ce perturbateur endocrinien.

À lire aussi :

⋙ Anti-âge et solaires : pourquoi il faut absolument se débarrasser de nos vieilles crèmes

⋙ Vitamine D : la crème solaire n’empêche pas sa synthèse

⋙ Crème solaire : non, faire sa préparation maison n’est pas une bonne idée

Source: Lire L’Article Complet