Polyamour : qu'est-ce que c'est ?

Aimer plusieurs personnes à la fois, c’est la définition du polyamour. Les conseils du spécialiste pour que ça fonctionne.

Restez informée

Polyamour : de quoi parle-t-on exactement ?

Les polyamoureux partent du principe que l’Homme est capable d’entretenir des sentiments amoureux pour plusieurs personnes en même temps. Parmi les polyamoureux célèbres de l’Histoire, on peut citer Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, Paul Bocuse ou encore Virginia Woolf.

Polyamour : comment peut-on être amoureux de plusieurs personnes à la fois ? Pour l’hypnothérapeute et spécialiste du couple Jean-Michel Jakobowicz, ” il est assez courant d’être amoureux de plusieurs personnes en même temps : le cas le plus fréquent est celui où on est dans une relation exclusive avec son/sa partenaire, mais qu’une alchimie amoureuse se développe (à la faveur d’une rencontre fortuite, par exemple) avec un homme ou une femme. ” C’est le fameux ” coup de cœur ” ou ” crush ” !

Évidemment, ces situations de la vie courante ne débouchent pas forcément sur un polyamour : ” bien souvent ces ” relations amoureuses ” ne se concrétisent pas dans la pratique et demeurent un fantasme ou un amour secret, ajoute le spécialiste. Si cette relation se concrétise, elle aboutit bien souvent à l’infidélité – elle-même pouvant déboucher sur une rupture. “

” Il est plus rare que ce type de relation amoureuse débouche sur ce que l’on nomme le polyamour, principalement parce que notre société n’est pas prête à accepter une telle forme de relation et que (psychologiquement) nous n’avons pas été conçus pour vivre un tel amour. En résumé : aimer plusieurs personnes à la fois est quelque chose de tout à fait normal, que seules les contraintes sociales et psychologiques nous empêchent de vivre. “

Attention ! Il ne faut pas confondre le polyamour avec le libertinage (” les couples libertins se fondent sur une liberté sexuelle consentie par les deux partenaires, mais l’exclusivité affective et sentimentale demeure “) ou avec la polygamie (” c’est un modèle juridique accepté dans certains pays, qui permet à l’un des partenaires de contracter plusieurs mariages. Il est habituellement question de polygynie, un homme avec plusieurs femmes, un cadre dans lequel l’égalité des droits entre partenaires n’existe que peu ou pas. “).

Polyamour : comment faire pour que ça marche vraiment ?

Pour Jean-Michel Jakobowicz, ” les fondamentaux du polyamour sont l’honnêteté, la communication, l’intégrité et l’égalité. En particulier, il est extrêmement important qu’il y ait une confiance totale entre les membres d’une relation polyamoureuse. Et pour cela, l’honnêteté et la communication vont être des éléments essentiels dans la vie quotidienne des polyamoureux. Afin que la relation fonctionne il est essentiel de ne pas laisser les émotions et les sentiments (qu’ils soient positifs ou négatifs) cachés. 

Les principales difficultés du polyamour sont la jalousie, les inégalités entre les partenaires, le risque de rupture et les inhibitions / frustrations sexuelles. ” Mais ce sont des difficultés que l’on retrouve dans toutes les relations amoureuses, affirme l’hypnothérapeute. Le polyamour n’a donc pas l’exclusivité des difficultés relationnelles ! “

Polyamour : la question de la jalousie. ” Dans un cadre polyamoureux, le partage reconnu et consenti peut (dans certains cas) diminuer le sentiment de jalousie pour peu qu’aucun des participants ne se sente exclu ou frustré dans la relation. Il est essentiel que chacun se sente en sécurité, c’est-à-dire à l’abri de l’exclusion dans ce type de relation. Les choses deviennent beaucoup plus compliquées lorsque certains des participants vont rechercher des partenaires à l’extérieur du clan polyamoureux… ” Là, le risque de rupture et/ou de souffrance est réel : d’où la nécessité de fixer dès le départ des ” règles ” à la relation polyamoureuse.

Polyamour : le conseil du pro. ” La relation polyamoureuse demande beaucoup plus de temps et d’énergie qu’une relation monogame ” classique ” : elle ne se satisfait pas du minimum, explique Jean-Michel Jakobowicz. Par exemple, de façon tout à fait concrète, si les participants à une relation polyamoureuse ne vivent pas sous un même toit (ce qui est généralement le cas), il va y avoir un ” ballet ” entre les lieux de vie qui va demander à la fois une certaine souplesse, du temps et une confiance plus grande que lorsque les partenaires vivent ensemble. “

Sans surprise, la clé de voûte de cette organisation, c’est la communication. ” Attention tout de même à ce que ces échanges ne soient pas le cœur de la relation. Celle-ci doit pouvoir laisser libre cours au plaisir d’être ensemble, sans remises en question permanentes. “

Merci à Jean-Michel Jakobowicz, hypnothérapeute à Genève : son site internet.

Source: Lire L’Article Complet