Pilule contraceptive : 7 questions à poser à son médecin lors de la prescription

Si la pilule est le moyen de contraception le plus utilisé, sa prescription nécessite une consultation dédiée durant lequel le médecin interroge et informe sa patiente. Ce rendez-vous est aussi l’occasion pour cette dernière de poser des questions au praticien. Effets secondaires, suivi, renouvellement, oubli… Le Dr Eve Paul-Dehlinger fait le point sur les principales questions à poser à son médecin.

Restez informée

Vous souhaitez débuter ou changer de contraception et vous envisagez la pilule ? Il convient d’en discuter avec votre médecin pour choisir l’option la plus adaptée à vos besoins, votre mode de vie, votre âge ou encore vos antécédents médicaux.

Autant d’éléments qui doivent être recueillis lors d’un rendez-vous médical spécifique. “Une femme qui consulte pour une première demande contraceptive doit bénéficier d’une consultation uniquement dédiée à ce motif, quel que soit son âge”, explique la Haute Autorité de Santé (HAS).

Ce rendez-vous médical doit permettre d’évaluer les attentes et les besoins de la patiente, de se renseigner sur ses habitudes de vie, de lui fournir des informations sur la contraception et de lui conseiller la méthode la plus adaptée.

Prescription de pilule : comment se déroule une consultation ?

Lors de cette consultation, “le médecin expose les différents types de contraception à sa patiente”, avant de l’interroger sur ses “antécédents médicaux familiaux et personnels, afin de déterminer s’il existe des contre-indications à la pilule”, explique le Dr Eve Paul-Dehlinger. Le médecin demande également à sa patiente si elle prend des traitements médicamenteux, si elle fume, si elle a déjà eu une autre contraception dans sa vie et si c’est le cas, comment elle l’a tolérée. Cet interrogatoire est suivi d’un examen clinique, au cours duquel le médecin recense le poids, la taille et la tension de sa patiente. Il peut également réaliser une palpation des seins ainsi qu’un examen gynécologique.

Si la patiente ne présente pas de contre-indications à la pilule, le médecin doit lui présenter les effets secondaires éventuels, lui expliquer comment elle se prend ou encore lui dire comment procéder en cas d’oubli. Pendant ce rendez-vous médical, la patiente peut évidemment questionner le médecin. “C’est une consultation d’écoute, d’échange et de dialogue, qui doit respecter intimité et confidentialité”, indique la Haute Autorité de Santé (HAS). Quelles sont les questions importantes à poser à son médecin lors de la prescription de la pilule ?

Quels sont les éventuels effets secondaires de la pilule ?

“Les effets secondaires sont propres à chaque pilule. Mais ils peuvent notamment varier en fonction du type de pilule”, indique le Dr Eve Paul-Dehlinger. Il en existe deux grands types : l’oestropogrestative et la progestative.

La première contient deux hormones, les oestrogènes et les progestatifs, qui miment le cycle de la femme et qui bloquent l’ovulation. “La pilule oestroprogestative est souvent donnée en première intention chez les femmes jeunes n’ayant pas d’antécédents médicaux. Elle est plutôt bien tolérée mais des effets secondaires peuvent lui être associés”, explique le Dr Eve Paul-Dehlinger. Parmi ces effets indésirables, on retrouve notamment des douleurs aux seins, de l’acné, des maux de tête, des nausées ou encore une légère prise de poids.

La pilule progestative, quant à elle, contient uniquement des progestatifs. “Elle est préconisée à partir d’un certain âge ou en cas de facteur de risque cardiovasculaire, mais peut également être associée à des effets indésirables”, note le Dr Eve Paul-Dehlinger. Parmi eux, on retrouve des règles irrégulières, des spotting ou une aménorrhée, mais aussi des nausées, une prise de poids, des maux de tête, ou encore une baisse de la libido.

J’ai des antécédents thromboemboliques, puis-je malgré tout prendre la pilule ?

La pilule oestrogrogestative peut renforcer les risques de thrombose veineuse chez certaines femmes et la patiente doit en être informée. Il existe plusieurs facteurs de risque comme l’âge, le surpoids, la consommation de tabac ou encore les antécédents d’accidents thromboemboliques. “Les antécédents de thrombose constituent ainsi une contre-indication à la prescription de la pilule oestroprogestative”, note le Dr Eve Paul-Dehlinger. La pilule progestative peut néanmoins être proposée dans certains cas si la thrombose n’est pas en cours de traitement. Un autre type de contraception peut également être envisagé et proposé par le médecin.

Je suis fumeuse, quelle pilule est la plus adaptée pour moi ?

L’association du tabac et de la pilule soulève de nombreuses questions. Est-il possible de prendre la pilule si l’on fume ? “Tout dépend de l’âge de la patiente et de ses autres facteurs de risque. Si elle consomme du tabac, qu’elle a plus de 35 ans ou d’autres facteurs de risque cardiovasculaires, la pilule oestrogragestative est contre-indiquée”, explique le Dr Eve Paul-Dehlinger, avant de préciser que“le mieux est de réduire au maximum sa consommation de tabac si l’on souhaite prendre la pilule, surtout s’il s’agit d’une oestroprogestative”.

Quels effets la pilule pourra-t-elle avoir sur les règles ?

Règles abondantes, irrégulières, douloureuses… Chaque femme a son propre cycle menstruel et la pilule peut l’influencer. Ainsi “la pilule oestroprogestative est associée à ce que l’on appelle des ‘saignements de privation’ et non pas des règles dues à l’ovulation. Ils surviennent à la fin de la plaquette, durent moins d’une semaine la plupart du temps, et sont souvent accompagnés d’une diminution des douleurs de règles, explique le Dr Eve Paul-Dehlinger.

La pilule progestative, quant à elle, a tendance à bouleverser le cycle menstruel. “Certaines femmes n’ont pas de règles du tout, tandis que d’autres ont des saignements anarchiques”, indique le Dr Eve Paul-Dehlinger.

Comment s’organisera mon suivi après la prescription ?

Après la consultation de prescription de pilule, un rendez-vous de contrôle doit être planifié trois à six mois plus tard, afin de vérifier si elle est bien tolérée. Pour ce faire, un bilan sanguin est réalisé. Si la pilule est bien tolérée, la patiente peut ensuite consulter son médecin une fois par an. En revanche, “si le bilan sanguin montre une augmentation de la glycémie ou du cholestérol, cela constitue une indication pour arrêter la pilule”, note le Dr Eve Paul-Dehlinger. Des effets secondaires gênants au quotidien sont aussi le signe que la pilule est mal tolérée. Il convient alors de consulter son médecin.

Comment renouveler la pilule ?

Lors de la première prescription, la pilule est prescrite pour trois mois. Si elle est bien tolérée, elle peut être prescrite pour six mois à un an. Le renouvellement peut ensuite se faire chez le gynécologue ou chez le médecin traitant.

Que faire si j’oublie ma pilule ?

On le sait : pour que la pilule contraceptive soit efficace, il convient de ne pas l’oublier. Lors de la prescription, le médecin doit informer la patiente sur la conduite à tenir en cas d’oubli, “car la marche à suivre peut varier en fonction des pilules”, indique le Dr Eve Paul-Dehlinger. Elle précise néanmoins qu’il convient bien souvent de prendre la pilule oubliée immédiatement si l’oubli date de moins de 12 heures.

L’oubli de pilule n’est cependant pas le seul élément ayant un impact sur l’efficacité de ce moyen de contraception. “En cas de vomissements survenant dans les trois à quatre heures suivant la prise de pilule, l’absorption du comprimé peut être incomplète”, indique le Dr Eve Paul-Dehlinger. La situation est donc identique à un oubli de pilule.

Lors de ce rendez-vous, “vous pouvez également demander à votre médecin de vous prescrire la pilule du lendemain en même temps que la pilule contraceptive”, conseille-t-elle.

Merci au Dr Eve Paul-Dehlinger, praticien hospitalier au sein du service gynécologie-obstétrique de l’hôpital de Montfermeil (Seine-Saint-Denis).

A lire aussi :

⋙ Pilule du lendemain : efficacité, risques… 6 choses à savoir sur cette contraception d’urgence

⋙ Pilule contraceptive : ce qu’il faut savoir sur ce mode de contraception

⋙ À quoi doit-on s’attendre quand on arrête la pilule ? Ce qui change dans l’organisme

Source: Lire L’Article Complet