Paracétamol pendant la grossesse : une étude pointe des risques potentiels pour le foetus

Avoir de la fièvre ou une douleur localisée est souvent synonyme de prise de paracétamol. Mais ce réflexe pourrait avoir des effets néfastes, notamment pendant la grossesse. Une étude appelle donc à la plus grande vigilance.

Restez informée

Pendant la grossesse, certains médicaments peuvent être dangereux s’ils sont pris sans précautions. D’après l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (Ansm), le paracétamol est toléré chez les femmes enceintes. Mais selon une nouvelle étude publiée dans Nature Reviews Endocrinology, la prise de paracétamol doit se faire avec prudence. Treize chercheurs de différentes unités – pédiatrie, gynécologie ou encore endocrinologie – ont fait le lien entre la prise de cette molécule contenue dans plus de 600 médicaments et la grossesse, entre janvier 1995 et octobre 2020.

Les auteurs de l’étude affirment que les femmes enceintes ne seraient pas assez vigilantes quant aux potentiels effets secondaires indésirables que pourrait occasionner le paracétamol.

Grossesse : le paracétamol pourrait altérer le bon développement du fœtus

Selon eux, de nombreuses recherches expérimentales et épidémiologiques suggèrent que le paracétamol est un pertubateur endocrinien et que sa prise durant la grossesse pourrait altérer le bon développement du fœtus.

L’exposition prénatale à cette molécule pourrait ainsi augmenter les risques de troubles du développement neurologique et faire apparaître des troubles de l’attention ainsi qu’un trouble du spectre autistique. Selon une étude internationale publiée en juin dernier dans la revue European Journal of Epidemiology, la prise de paracétamol durant la grossesse augmenterait les chances de développement de ces troubles de 20%.

Selon l’étude de Nature Reviews Endocrinology, il existerait également des risques de troubles des appareils urinaires et génitaux. Cela vient donc confirmer une première analyse, publiée en 2010 dans la revue Human Reproduction, qui alertait déjà sur les risques d’anomalies au niveau du développement de l’appareil reproducteur des fœtus mâles.

Les scientifiques appellent donc à la plus grande prudence mais surtout à une sensibilisation des femmes enceintes par les professionnels de santé. En effet, les alternatives pour soulager la fièvre et les douleurs légères à modérées pendant la grossesse sont limitées.

Paracétamol et grossesse : quelles sont les recommandations officielles ?

D’après l’étude, mieux vaut donc renoncer au paracétamol, sauf si son utilisation est prescrite dans un cadre médical.

Les médicaments les plus courants contenant du paracétamol sont les suivants :

  • Dafalgan
  • Doliprane
  • Fervex
  • Efferalgan
  • Paracétamol (Biogaran)
  • Prontalgine
  • Prontadol

En cas de doute, les femmes enceintes sont invitées à consulter un professionnel. Il est également possible de suivre les recommandations officielles de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (Ansm) : « Si nécessaire, le paracétamol peut être utilisé pendant la grossesse. Cependant, il devra être utilisé à la dose efficace la plus faible, pendant la durée la plus courte possible et à la fréquence la plus réduite possible ». Bien que, selon l’Ansm, les nombreuses données portant sur les femmes enceintes ne démontrent aucun risque de malformation ou de toxicité pour le fœtus, cette dernière appelle à la prudence et rappelle de lire attentivement les notices lors de chaque prise de médicament.

Source : Nature Reviews Endocrinology

À lire aussi :

⋙ 5 choses à savoir sur le paracétamol

⋙ Paracétamol : les conseils du professeur Jean-François Bergmann pour éviter les risques

⋙ Paracétamol : peut-on prendre du doliprane enceinte ?

Source: Lire L’Article Complet