Messages de l'inconscient, songes prémonitoires : et si vous teniez un journal de vos rêves ?
  • Stimuler sa mémoire onirique par l’écrit
  • Initier une seconde lecture du rêve
  • Un moment de reconnexion avec soi-même

Tout comme cultiver un journal intime est bénéfique pour notre santé mentale, tenir un carnet de rêves peut se révéler salvateur pour notre psyché, alors plus à même de comprendre les messages que le subconscient tente de lui faire parvenir par le biais de l’onirisme.  

Car, si les significations de nos songes sont multiples, ces derniers sont généralement liés, parfois même sur des mois, voire des années entières. 

« C’est une discipline personnelle qui encourage le souvenir des rêves et la consigne des détails. On peut ainsi y déceler des fils rouges et en apprendre plus sur nous et sur les messages à décrypter au lever », débute Chantal Motto, psychopraticienne et auteure de Déchiffrer ses rêves pour bien guider sa vie (Ed. InterEditions). 

Stimuler sa mémoire onirique par l’écrit 

Avant même de servir de support physique pour relier les points des schémas créés par notre inconscient, coucher sur le papier ses rêves peut être utile pour les personnes qui ne se souviennent pas de leurs songes. 

“Si, dès qu’on ouvre les yeux le matin, la première chose à laquelle on pense c’est ‘est-ce que j’ai rêvé ?’, et qu’on tente de se remémorer les événements fictifs de la nuit, alors ça revient, si on s’entraîne », arguait ainsi Dr Pascale Ogrizek, dans nos colonnes en juin 2022.

« Le cerveau a besoin de gymnastique et d’habitudes, alors si on ne prend pas le temps d’y penser, et qu’on est directement happé dans l’activité de la journée, c’est normal qu’il ne s’embête pas à revenir sur les songes de la nuit passée », poursuivait-elle. 

Initier une seconde lecture du rêve

En plus de stimuler notre mémoire, prendre le temps de se remémorer ses rêves nous permet de poursuivre le rêve, et surtout d’y apporter un regard conscient. 

« D’autres détails du rêve arrivent quand on se le remémore, c’est comme si on le vivait une seconde fois et qu’on avait une deuxième lecture. Les écrire peut aussi être l’opportunité de repérer les fils conducteurs de ses rêves et de voir les liens qui ne sont pas facilement repérables au réveil », assure Chantal Motto. 

La spécialiste prend ainsi l’exemple d’un rêve d’une maison en travaux et d’un autre, nous plaçant en train de visiter un château flambant neuf.

« Sur le moment, on va se dire qu’il n’y a rien de commun entre ces deux rêves, encore moins s’ils ont été fait à quelques jours ou semaines d’intervalle. Pourtant, les noter, puis les relire nous permet de souligner une symbolique : celle de la structure. Le premier rêve évoque notre personnalité, ce qu’il y a améliorer chez nous, tandis que le second nous indique, plus tard, qu’un changement s’est opéré et que nous sommes en pleine découverte d’un nouveau soi », interprète la spécialiste. 

De même, Chantal Motto tient à préciser que, parfois, consigner ses songes permet de repérer les rêves prémonitoires, qui sont « rares, mais qui peuvent se manifester des mois avant l’événement prédit ». 

Un moment de reconnexion avec soi-même

Au-delà même de décrypter certains messages, prendre l’habitude de se raconter ses propres rêves via l’écriture est l’occasion de se créer notre propre album photos psychique.

Et cette dizaine de minutes, au lever, est un geste bien-être à part entière. 

« C’est un rendez-vous quotidien avec soi-même, qui remplace l’utilisation directe du téléphone ou l’obligation de se lancer brutalement dans une journée intense. Cela peut même nous inciter à nous réveiller un peu plus tôt et à être moins dans la précipitation », note Chantal Motto. 

  • Cette nuit, j’ai rêvé d’un proche décédé : qu’est-ce que cela veut-il dire ?
  • Les bienfaits de l’écriture thérapeutique

Source: Lire L’Article Complet