Les personnes qui naissent aveugles ne pourraient pas être atteintes de schizophrénie

De nombreux chercheurs se sont penchés sur la question de la schizophrénie chez les personnes atteintes de cécité. Et un constat revient : aucune personne aveugle de naissance n’a développé ce trouble mental qui « se caractérise par des distorsions de la pensée, des perceptions, des émotions, du sentiment de soi et du comportement », comme le définit l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Une représentation du monde plus stable

Selon une étude des chercheurs Tom Pollak et Phil Corlett, ce phénomène est dû au fait que les personnes nées aveugles se représentent le monde d’une manière plus stable puisqu’elles ne se font pas de représentations visuelles de ce dernier. Elles s’appuient donc sur leurs autres sens. « Cette stabilité les protège des erreurs et fausses déductions qu’on retrouve dans la schizophrénie et les troubles psychotiques », explique Tom Pollak.

Selon Steve Silverstein, psychiatre à l’Université de Rochester, cette absence de schizophrénie chez les personnes aveugles de naissance pourrait aussi s’expliquer par le fait que le cerveau de ces personnes développerait des capacités cognitives – meilleure capacité d’expression, d’attention, de mémoire – qui font, au contraire, défaut aux personnes schizophrènes.

Des recherches sont encore nécessaires pour comprendre d’où vient cette protection que les aveugles de naissance semblent avoir face à la schizophrénie.

Un risque de schizophrénie associé à la perte de la vue

En revanche, les personnes ayant perdu la vue –  temporairement ou définitivement – seraient plus susceptibles d’avoir des hallucinations ou de développer une schizophrénie. Selon une étude publiée en 2016, les problèmes de vue – mouvements et clignements anormaux des yeux, problèmes de rétine – peuvent être des signes annonciateurs de cette maladie. Cela pourrait faciliter et accélérer son diagnostic.

Une étude publiée par la psychologue Elaine Walker démontre que « les enfants qui finissent par souffrir de schizophrénie, avec ou sans antécédents familiaux, ont davantage de problèmes oculaires que les enfants qui développent des maladies non psychotiques ou d’autres maladies mentales », détaille un article de Vice.

« Si la façon dont une personne voit le monde est déréglée, il peut être plus difficile de prévoir, de corriger les erreurs et de construire un modèle du monde qui ait du sens. Et lorsque les gens ont des problèmes de vision, le cerveau doit faire plus de prédictions pour les expliquer », rapporte Vice.

  • D’où vient la clinophilie, cette envie irrépressible de rester au lit ?
  • Que se cache-t-il derrière les « doubles personnalités » ?

Source: Lire L’Article Complet