Les courges ne sont pas toutes comestibles, gare aux intoxications

Citrouilles, potirons, butternut… La saison des cucurbitacées bat toujours son plein. Cependant, elles ne sont pas toutes comestibles. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) alerte et donne des conseils pour éviter les intoxications.

Restez informée

Faites place aux recettes automnales, car la saison des citrouilles, potirons, pâtissons, potimarrons et butternuts bat son plein. Mais avant de se pencher sur les différentes recettes, il est important de rappeler que toutes les courges ne sont pas comestibles.

Certaines cucurbitacées, telles que les courges ornementales ou les courges alimentaires, cultivées dans le potager familial, sont toxiques. Elles contiennent des substances irritantes et amères, appelées cucurbitacines, qui sont d’ailleurs persistantes à la cuisson. Dans un communiqué paru le 25 octobre, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) met en garde sur la toxicité de certaines variétés. Elle donne également des conseils pour ne pas les confondre avec les autres courges de saison qui, elles, régalent les papilles sans danger.

Courge non comestibles : quels sont les symptômes qui doivent alerter ?

Difficile à différencier car elles ont la même apparence que les courges comestibles, les courges amères sont souvent source de confusion.

Les courges non comestibles peuvent ainsi provoquer chez certains consommateurs des problèmes digestifs, notamment des intoxications. Selon l’Anses, ces légumes toxiques peuvent être responsables de douleurs digestives, de nausées, de vomissements, de diarrhées parfois sanglante et de déshydratation sévère, qui nécessitent une hospitalisation. Mais les symptômes ne s’arrêtent pas là. Consommés trop mûrs, ils seraient également responsables de chute de cheveux et de poils.

Comment éviter l’intoxication alimentaire ?

L’Anses conseille de bannir les courges ornementales, aussi appelées coloquintes, dont on peut vérifier la variété sur l’étiquette ou en demandant des conseils sur les lieux de vente. Quant aux courges alimentaires achetées dans le commerce, ou cultivées dans le potager familial, il est conseillé de goûter un morceau de courge crue avant de les consommer. Si le goût est amer, il faut le recracher et jeter la courge. Les courges issues de potagers familiaux, dites « sauvages » sont elles aussi à éviter. Enfin, il est préférable de ne pas récupérer les graines des récoltes précédentes pour les ressemer.

De plus, « conservez les restes de repas (soupe, purée…) qui pourront éventuellement être utiles à des recherches de toxines dans la courge consommée« , conseille l’Anses.

Selon l’Anses, si vous souffrez de troubles digestifs ou d’autres signes d’intoxications, il est alors recommandé d’appeler un centre antipoison ou alors consultez rapidement votre médecin.

Source: Lire L’Article Complet