Le youtubeur Léo Grasset visé par une plainte pour harcèlement sexuel

C’était, semble-t-il, un secret de polichinelle depuis quelques années dans le milieu de la vulgarisation scientifique sur Youtube. Jeudi 23 juin 2022, dans une longue enquête Mediapart, huit femmes avaient accusé Léo Grasset, vidéaste connu sous le nom de DirtyBiology, de comportements toxiques, sexistes et abusifs ou encore de manipulations. L’une d’elles avait même dénoncé un viol.

Après la publication des témoignages, plusieurs autres vidéastes du milieu, des hommes, avaient apporté leur soutien aux femmes qui se sont dit victimes, précisant qu’ils avaient été alertés par ces dernières mais qu’ils avaient pour consigne de ne pas en parler à leur place.

  • Youtube France : un tiers des vidéos les plus vues sont sexistes, dénonce un rapport
  • Le Youtubeur « Marvel fitness » condamné à un an de prison ferme pour harcèlement moral

Le déclic de l’enquête Mediapart

Quelques jours plus tard, le jeudi 30 juin, une première plainte a été déposée par Clothilde Chamussy, créatrice de la chaîne Youtube Passé sauvage, pour harcèlement sexuel, révèle Mediapart le 5 juillet. Celle-ci avait témoigné dans le journal d’investigation et hésitait à porter plainte.

« C’est aussi pour encourager les autres femmes à le faire que j’ai déposé plainte », justifie la vidéaste spécialisée en archéologie et anthropologie, poussée, dit-elle, à « agir » depuis qu’elle a raconté son vécu dans la presse.

Selon Mediapart, qui a pu consulter le document judiciaire, Clothilde Chamussy décrit sa rencontre avec Léo Grasset en 2016, à l’occasion d’un festival de sciences à Paris. Ce dernier l’aurait abordée ainsi : »J’ai vu ta chaîne, c’est du bon boulot pour une femme. » Avant de s’excuser.

Des propos sexuels et des insultes au travail

Lors de son premier témoignage, la jeune femme avait également dénoncé les ambiances sexualisées qu’aurait instauré l’animateur de DirtyBiology dans le cadre de son travail. « Espèce de sac à foutre », lui aurait-il lancé à deux reprises alors qu’ils collaboraient sur la web-série Le Vortex pour Arte en 2018. Dans sa plainte, elle précise les détails de cette altercation : « Je suis dans la cuisine. Dans cette pièce, il y a un bar et Léo travaille dessus avec son ordinateur et un casque sur les oreilles. […] Il vient vers moi, il positionne son visage à quelques millimètres du mien et me dit ‘espèce de sac à foutre’. Je suis étonnée et tellement surprise que je ne sais pas comment réagir. Je lui dis juste ‘Quoi ?’. Il me dit : ‘Espèce de gros sac à foutre.' »

Lorsque celle-ci lui aurait demandé de s’excuser, il aurait ri avant de retourner à ses occupations. Plus tard, dit-elle, il se serait excusé, plaidant la rigolade.

Aux gendarmes de Neuville-sur-Saône (Rhône), Clothilde Chamussy raconte aussi d’autres propos que le youtubeur star aurait tenus en marge du Play Azur Festival à Nice, en février 2017 : « Je te toucherais bien les fesses mais on n’est pas assez amis. » Selon la plaignante, Léo Grasset lui aurait ensuite chuchoté ces mots à l’oreille, dans la foulée : « Ça te dirait du sexe d’après-midi ? ».

  • Deux dirigeants d’Havas Paris mis en retrait après avoir été accusés d’agressions et de harcèlement sexuels
  • Harcèlement sexuel au travail : comment se défendre ?

La vidéaste marquée par les faits

Un jour, l’homme derrière DirtyBiology lui aurait fait des réflexions sur sa mère, lui demandant des détails intimes de sa sexualité. Alors, en 2021, Clothilde Chamussy, assure avoir contacté l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT). Une « expérience problématique » à la suite de laquelle la jeune vidéaste a préféré « ne plus faire de collaboration » pour le travail.

Depuis le début de l’affaire, Léo Grasset nie tous les faits qui lui sont reprochés. Pour le cas de Clothilde Chamussy, ses avocats, Camille Loyer et Fares Aidel, ont communiqué que leur client « ne souhaite pas s’exprimer dans la presse sur ces allégations et, comme déjà indiqué, se tient à l’entière disposition de l’autorité judiciaire. »

Source: Lire L’Article Complet