Le lactarium d’Île de France a besoin de dons de lait maternel

Après une période faste pendant le confinement, les stocks se sont affaiblis et le manque de dons inquiète fortement les professionnels qui viennent en aide aux bébés prématurés.

La situation est grave. À tel point que le lactarium d’Île-de-France n’a pas hésité à lancer un appel aux dons de lait maternel ce mercredi 21 octobre. Depuis quelques semaines, les pédiatres de l’APHP voient les stocks diminuer de manière inquiétante. Et pour les grands prématurés, la question est vitale. « Il n’y a pas de substitut possible. Sans lait maternel, le risque de complications se multiplient » confie à ELLE le docteur Virginie Rigourd, pédiatre au lactarium d’Île-de-France.

« Un afflux important pendant le confinement »

Quand une mère ne peut plus allaiter, les hôpitaux se tournent vers ces lieux qui recueillent les dons d’autres femmes ayant un surplus de lait. Sur place, ils traitent, pasteurisent et répartissent les stocks dans les services de néonatalogie qui en ont le plus besoin. Mais depuis quelques semaines, les dons se font de plus en plus rares. « Nous avons observé un afflux plus important de dons pendant le confinement. Le contexte était favorable à l’allaitement maternel. Les mamans étaient à la maison, elles avaient le temps de mettre du lait de côté mais depuis quelques temps, nous recevons de moins en moins de dons » explique la pédiatre.

« La seconde vague de Covid-19 décourage les donneuses »

Les grandes vacances, les impératifs de la rentrée, la reprise du travail en présentiel et le rebond de l’épidémie de coronavirus semblent avoir découragé les donneuses. « Le stress lié à la seconde vague fait que les mamans veulent conserver leur lait pour leur enfant. Elles souhaitent prolonger la période d’allaitement maternel car c’est un élément central dans la protection des bébés contre le covid » confie Virginie Rigourd.

« En Île-de-France, les dons sont plus rares »

Mais au lactarium d’Île-de-France, les chiffres sont clairs ; il faudrait environ 150 à 200 litres de lait supplémentaires par mois. Sachant que chaque femme donne environ 1,5 litres, il faudrait une centaine de nouvelles donneuses pour remettre à flot les stocks. Un enjeu de taille quand on sait qu’en Île-de-France, les dons sont plus rares que dans les autres régions. « Ici, les mamans reprennent plus tôt le travail, elles ont de petits congélateurs, elles ont beaucoup de temps de transports, tous ces facteurs font qu’il y a moins de donneuses » déclare le Dr Rigourd.

La pédiatre tient également à rappeler que toutes les mesures sanitaires ont été mises en place pour garantir la sécurité des femmes qui souhaiteraient donner leur

lait. Pour devenir donneuse, il suffit d’appeler le lactarium régional au 01 71 19 60 47.

Source: Lire L’Article Complet