Le journal de Bridget Jones : la scène culte où Bridget démissionne avec fracas et remballe Daniel

Une scène dont on ne se lasse pas, même vingt ans plus tard. Oui, cela fait déjà vingt ans que Le journal de Bridget Jones, adaptation cinématographique du best-seller éponyme de Helen Fielding, est sorti au cinéma. En 2001, les spectateurs•rices découvraient avec plaisir cette Londonienne pétillante, jeune trentenaire, et depuis toujours célibataire. 

Le journal de Bridget Jones, avec Renée Zellweger, Hugh Grant et Colin Firth, est diffusé sur France 2 le dimanche 22 août, à 21h05.

Le livre de Helen Fielding, qu’elle a décliné en trilogie, est une réinterprétation moderne d’Orgueils et préjugés, classique de Jane Austen publié en 1813. L’autrice y mettait en scène un triangle amoureux. 

C’est cette configuration que l’on retrouve dans Le journal de Bridget Jones. L’hilarante Bridget est torturée entre sa liaison avec son chef, le tombeur Daniel (Hugh Grant), à la tête d’une maison d’édition, et son attirance pour Mark, un avocat taciturne (Colin Firth) au pull de Noël très kitsch. 

Bridget Jones, trompée par son chef, Daniel

Au début du film, Bridget, assistante en relations presse, tombe dans les bras de Daniel, le directeur de sa maison d’édition, qui lui court après. Les deux Londoniens se lancent dans une liaison passionnée.

Mais elle finit par apprendre que le flambeur est en réalité déjà en couple, et même, fiancé. Il lui a menti. Bridget, elle, pensait qu’ils formaient un couple. Blessée et le coeur brisé, elle décide néanmoins de ne pas se laisser abattre. Son nouvel objectif : changer de carrière, pour devenir journaliste à la télévision. 

Un matin, après beaucoup d’hésitation, Bridget Jones prend finalement son courage à deux mains. Elle se lève de son bureau pour se rendre dans le bureau de Daniel, aux murs transparents, qui surplombe un open space.

D’une petite voix, elle lui présente sa démission. Daniel la refuse : “Je sais que ça a été très bizarre entre nous, mais ce n’est pas la peine de partir”. Bridget insiste, disant qu’elle a trouvé un poste dans une chaîne de télévision, et doit partir de suite.

Bridget Jones s’affirme

Alors qu’elle se dirige vers la porte de son bureau, Daniel se lève. En panique, mais essayant de garder une figure ferme de chef, il lui rappelle qu’elle est censée respecter un préavis de six semaines.

“Vu la mauvaise passe que traverse l’entreprise, j’ai pensé que la personne qui ‘se balade dans un haut transparent et s’occupe avec des petits communiqués de presse insignifiants’ ne manquerait à personne”, répond innocemment Bridget. Ici, elle reprend les termes que Daniel a employés à son encontre, pour la rabaisser. Elle rappelle aussi que pour justifier ses absences, il prétextait devoir travailler pour sauver la maison d’édition. 

J’ai pensé que la personne qui ‘se balade dans un haut transparent et s’occupe avec des petits communiqués de presse insignifiants’ ne manquerait à personne

Malgré ce tacle bien senti, Daniel insiste. Sauf que la discussion n’est plus privée : les collègues de la jeune femme se sont rassemblés pour assister à la scène. Si leur liaison n’était pas officielle (puisqu’interdite), elle n’était pourtant un secret pour personne. 

“Si jamais elle cède d’un centimètre, c’est moi qui la virerai pour lâcheté”, prévient Perpetua, la cheffe de Bridget qui, jusqu’à présent, n’avait jamais été sympathique envers elle. 

Daniel humilié en public par Bridget Jones

Daniel tente alors le tout pour le tout. Dans un discours confus et avec une certaine langue de bois, le playboy affirme que “de grandes choses” peuvent attendre “une personne dont les capacités professionnelles ont pu être ignorées”, comme Bridget. 

Si rester ici sous-entend travailler à moins de dix mètres de vous, je préfère encore me faire embaucher pour torcher le cul de Saddam Hussein.

“Merci Daniel. C’est bon à savoir”, répond-elle. “Mais si rester ici sous-entend travailler à moins de dix mètres de vous, je préfère encore me faire embaucher pour torcher le cul de Saddam Hussein.”

Cette fois, la réplique fait mouche, et laisse l’impétueux Daniel sans voix. Les collègues de Bridget s’esclaffent, soufflés par l’audace de la jeune femme. En fond, la chanson R.E.S.P.E.C.T d’Aretha Franklin retentit avec fureur, appuyant le fait que Bridget s’est enfin affirmée face à Daniel, qui ne l’a jamais respectée.

La jeune femme prend son manteau, et s’en va, le sourire aux lèvres. Perpetua la regarde avec admiration, et fierté. En tenant tête à Daniel devant l’ensemble de la maison d’édition, Bridget Jones a repris le pouvoir sur lui, et retrouvé sa dignité. Un moment puissant et inspirant, et l’une des meilleures scènes des comédies romantiques des années 2000. 

  • Quatre mariages et un enterrement : la scène culte où Carrie dit à Charles avoir eu 33 amants
  • 50 nuances plus claires : la scène de dispute où Ana, enceinte, demande à Christian de grandir

Source: Lire L’Article Complet