Le discours féministe culte de Frances McDormand aux Oscars pour "3 billboards, les panneaux de la vengeance"

Dans 3 billboards, les panneaux de la vengeance, Frances McDormand incarne Mildred Hayes, une mère en colère après que sa fille adolescente ait été violée et tuée, près d’un an auparavant. Depuis, son meurtrier court toujours. Craignant que sa fille ne tombe dans l’oubli, elle loue trois panneaux publicitaires géants en bord de route, et y interpelle le shérif responsable de l’enquête (Ed Harris), très apprécié. Sa décision bouscule la vie tranquille de sa petite ville rurale, où il est mal vu de faire parler de soi. 

Réalisé par Martin McDonagh, 3 billboards, les panneaux de la vengeance, avait été acclamé à sa sortie, en 2018. Il est rediffusé sur France 2 ce dimanche 10 janvier, à 21h05. 

Frances McDormand, Meilleure actrice pour 3 billboards, les panneaux de la vengeance

“Ma fille Angela a été assassinée il y a sept mois, et la police est trop occupée à torturer les noirs pour avoir le temps d’arrêter les vrais criminels”, énonce Mildred Hayes face à une chaîne de télévision locale.

La police est trop occupée à torturer les noirs pour avoir le temps d’arrêter les vrais criminels.

Dans ce film nerveux et poignant, on suit le combat de cette mère rentre-dedans, qui bouscule les non-dits et politesses de façade, pour que justice soit faite. Les violences intrafamiliales, le racisme de la police, et l’impunité des violeurs, sont abordés sous le prisme de cette petite ville symbolisant une Amérique en déperdition, figée dans le temps.

Le jeu puissant de Frances McDormand lui a valu de remporter l’Oscar de la Meilleure actrice en 2018. Son discours est depuis devenu un moment culte de sororité à Hollywood, comme on a pu en voir de plus en plus ces dernières années. 

“J’hyperventile un peu, donc si je tombe, merci de venir me ramasser car j’ai des choses à dire”, prévient Frances McDormand sitôt montée sur scène, faisant rire la salle. 

Ce soir-là, c’est la deuxième fois que l’actrice américaine gagne la statue dorée. Elle avait été sacrée Meilleure actrice pour le culte Fargo en 1997. Après une blague sur ce doublé, et les remerciements de rigueur envers ses proches, Frances McDormand donne un ton politique à son discours. 

  • Le mouvement #MeToo
  • Iris Brey : “L’expérience du féminin intéresse peu les cinéastes”

Un moment de sororité

“À présent, je vais prendre un peu de hauteur”, dit-elle, en posant son Oscar par terre. “Les femmes nommées dans toutes les catégories me feraient-elles l’honneur de se lever et d’être debout avec moi dans cette salle, ce soir ?”, demande Frances McDormand, la main sur le coeur.

“Meryl, si tu le fais, tout le monde le fera !”, l’encourage la comédienne. La star de Big Little Lies, du Diable S’habille en Prada et de Out of Africa s’exécute volontiers. 

Les femmes nommées dans toutes les catégories me feraient-elles l’honneur de se lever et d’être debout avec moi dans cette salle, ce soir ?

“Les actrices, les réalisatrices, les productrices, les femmes scénaristes, les directrices de la photographie, les compositrices, les autrices de chansons, les stylistes”, énumère-t-elle avec énergie.

Sous les hourras, quelques femmes se lèvent, montrant à quel point elles sont peu présentes parmi les nommés lors de cette 90e cérémonie des Oscars. Sur scène, l’actrice jubile, et encourage ses consoeurs avec de grands gestes. 

“Regardez autour de vous mesdames, et messieurs. Parce que nous avons toutes des histoires à raconter, et des projets qui ont besoin de financements”, plaide Frances McDormand. “Ne nous en parlez pas à la fête ce soir. Invitez-nous à votre bureau dans les prochains jours, ou venez au nôtre, en fonction de ce qui vous arrange, et nous vous dirons tout sur ces projets. Je vous laisse sur ces deux mots : scénaristes inclusifs.” 

Royale, Frances McDormand se lève, et salue la salle d’une petite révérence.

  • Léa Seydoux : “On a besoin de femmes fortes au cinéma”
  • La justice américaine confirme l’exclusion de Roman Polanski de l’Académie des Oscars

Source: Lire L’Article Complet