Laïcité à l’école : La nouvelle campagne du gouvernement vivement critiquée car jugée raciste

Pour de nombreux internautes et politiques, l’Éducation nationale est loin d’avoir réussi son pari quant à sa campagne de communication qui vise à promouvoir la laïcité au sein de l’enseignement. On vous explique la polémique. 

Hier, le ministre de l’Éducation nationale a évoqué lors d’une conférence de presse plusieurs sujets quant à la rentrée scolaire qui approche, dont la laïcité. Suite au meurtre de Samuel Paty l’an dernier, Jean-Michel Blanquer, a annoncé un plan de formation à la laïcité sur 4 ans. Le but ? Mettre en place un socle commun sur la laïcité et les valeurs de la République. Un projet qui commence à prendre forme puisque qu’une campagne de communication du gouvernement pour promouvoir la laïcité à l’école a été dévoilée. Composée d’une dizaine d’affiches qui mettent en scène des élèves dans différentes situations avec des slogans pour promouvoir la laïcité : “Permettre à Eryn et Edene d’être égales en tout”, “Permettre à Milhan et Aliyah de rire des mêmes histoires”, “Permettre à Sacha et Naissa d’être dans le même bain”. Une campagne qui fait polémique…

Le ministère de l’Éducation nationale lance une campagne de communication ”C’est ça la laïcité” avec plusieurs affiches ⤵️ https://t.co/SHlw1sI9b0 pic.twitter.com/PxbZWDTlsW

“Pardon mais depuis quand des prénoms laissent présager d’une croyance ou non croyance personnelle quelconque ?”, “Un résumé clair que la laïcité gouvernementale a tout à voir avec la race et rien avec la laïcité”, peut-on lire sur Twitter. Si beaucoup d’internautes se sont insurgés, c’est aussi le cas de nombreux politiques de tous bords. “Cette nouvelle campagne publicitaire de Blanquer met mal à l’aise car elle confond des choses bien différentes : religion, couleur de peau, origine sociale, choix des prénoms”, a écrit François Asselineau, président Union populaire républicaine (UPR). La sénatrice du parti de la Gauche républicaine et socialiste (GRS), Marie-Noëlle Lienemann, a elle jugé le message de la campagne “consternant” et regrette que la campagne n’aborde pas “la liberté de conscience, la neutralité de l’Etat, pourtant piliers de la laïcité”. Pour Florian Philippot, ex-numéro 2 du Rassemblement national (RN), “ces affiches (…) n’ont strictement aucun rapport avec la laïcité”, a-t-il écrit. “Et si Blanquer le pense, c’est grave. Juste du communautarisme d’État”, a rajouté le président des Patriotes. En juillet dernier, une étude a révélé que 57 % des jeunes enseignants soutiennent le port du voile à l’école, la preuve que le ministère de l’Éducation nationale est en décalage avec la nouvelle génération…

Un résumé clair que la laïcité gouvernementale a tout à voir avec la race et rien avec la laïcité. https://t.co/7itpAaPLps

Pardon mais depuis quand des prénoms laissent présager d’une croyance ou non croyance personnelle quelconque ?

Quand le Ministère de l’Education Nationale lance une campagne sur la #laïcité sur la base de préjugés racistes… @jmblanquer devrait suivre une formation Valeurs de la République et Laïcité… https://t.co/FURtm4AjxS

Cette nouvelle campagne publicitaire de Blanquer met mal à l’aise car elle confond des choses bien différentes : religion, couleur de peau, origine sociale, choix des prénoms.⚠️ Or la laïcité concerne exclusivement la religion.On est ici dans le cliché et l’on frise le racisme. https://t.co/l5HhP0NFNB

Consternant : Blanquer confond communication et éducation. Ce genre de message ne convaincra que les convaincus, ne donne aucun argument pour faire comprendre la force de ce principe. Rien sur la liberté de conscience, la neutralité de l’Etat, pourtant piliers de la #laicité pic.twitter.com/4QhSh0Rbmo

Ces affiches du ministère de l’Education nationale lançant la campagne « c’est ça la laïcité » n’ont strictement aucun rapport avec la laïcité. Et si Blanquer le pense, c’est grave.Juste du communautarisme d’État. Ni plus ni moins. ⤵️ pic.twitter.com/MdderAN8PM

Source: Lire L’Article Complet